Clicky

Naviguer / Recherche

Un avenir du socialisme en France

Après la curée des dernières élections européennes, on ne peut que constater la lente érosion du parti socialiste français. C’est peut-être le résultat de la corruption intellectuelle de ses dirigeants. En effet, ce que le PS (Parti Socialiste) n’a sans doute pas intégré, c’est que l’idée de gauche n’est pas la propriété exclusive du parti. Cette idée est post-moderne et ne peut trouver de débouché dans le classicisme politique. Divers courants politiques de gauche la portent, et la bande à Sarkozy  puise ses idées à la source du socialisme dès qu’elle le peut.  Ainsi, j’en suis persuadé, la gauche en France a tous les atouts pour signifier l’avenir. Il faudrait toutefois qu’elle les saisisse. Ces atouts sont peut-être au nombre de deux : la jeunesse et la VIème république.

Illustration Erik Johansson

Lorsqu’on s’enfonce,  un bond en avant est souvent salvateur. En ce sens, les anciens doivent laisser aujourd’hui la place aux jeunes rénovateurs. Si ces décideurs actuels du parti laissent s’exprimer le courant révolutionnaire qui existe chez l’ électeur de gauche, et plus encore chez tout militant socialiste, ce serait une bonne occasion de propulser le parti. Et une révolution ce n’est pas nécessairement le chaos, ce peut être une métamorphose, ou encore l’expression des utopies. Au moins pourrions-nous comprendre ce terme comme une niche de notre esprit qui ne demande qu’à s’exprimer.
Les citoyens des banlieues, les jeunes de 18 à 35 ans semblent n’attendre que leur tour1.
Le seul problème, c’est qu’actuellement aucun dirigeant du PS à ma connaissance n’a le charisme nécessaire pour faire ce grand bond. Être charismatique à notre époque ce n’est plus être conquérant des peuples, ce n’est pas récolter des audiences télévisuelles, c’est davantage proposer ce que personne n’ose en pariant sur l’intelligence collective et l’audace de chacun. Et ne me parlez pas de « big-bang » 2, c’est bien plus que cela. Un leader charismatique n’a alors peut-être plus la vocation de prendre les commandes, mais plutôt d’orienter les forces et les volontés vers un objectif commun. De monopoliser finalement tout le potentiel citoyen.

Lire la suite

  1. Il semblerait qu’aux élections européennes de 2009, 81% des 18-34 ans n?ont pas voté.
  2. Après l’échec de la gauche aux élections législatives de 1993, Rocard prend la tête du PS à la place de Laurent Fabius. Il appelle alors à un « big bang politique » à gauche où centristes, écologistes, socialistes seraient alliés. (politique.net)