Clicky

Naviguer / Recherche

Le prêt solidaire, une autre manière d’aider

Depuis peu, grâce à un article paru dans le NouvelObs, j’ai découvert un site de financement solidaire d’auto-entrepreneurs : Babyloan.org.
Grâce à l’équipe de Babyloan, il vous est possible de financer grâce au micro crédit, une petite activité gérée par des personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté, et qui ne sont ainsi pas bancarisable (pardonnez-moi ce barbarisme).

Contribuer à ce système (voyez ma fiche) c’est sans aucun doute permettre la réduction de la pauvreté dans le monde, tout en  respectant la dignité des femmes et des hommes, puisque cela finance leur travail. C’est enfin une bonne occasion de financer ceux à qui on ne prête rien, afin de contribuer à la répartition de la richesse, partout dans le monde.

A la suite, une petite vidéo de présentation :
Lire la suite

La lutte des automates

Il était une fois un monde rond qui tournait étrangement et dans lequel les êtres, qui se disaient vivants, et qui l’étaient en fait sans le savoir, furent des automates.
Et ces automates qui ne voyaient pas leur fin, car il méconnaissaient leur finitude, furent éclairés par les conséquences inattendues des jours de grève.

la ville en cage

La grève. Cette chose étrange venue d’ailleurs – car ce n’est pas moi qui fait grève, mais l’autre empêcheur de tourner en rond, celui qui profite honteusement d’un système tellement favorable qu’il se sent contraint de ne pas travailler alors qu’il gagne tant. La grève, expression populaire qui n’apparut qu’après tant de souffrances et de morts, était pourtant mal appréciée par ces automates qui pensaient tourner justement. La quadrature du cercle, plus je travaille moins j’ai besoin de faire grève. Logique soufflée un matin d’élection. Et la pointe de ce triangle existentiel, je vis donc je vends, et pour me consoler j’achète, imposait sa loi, celle de l’automatisme du quotidien.

Prendre le train, le métro, la voiture pour aller vivre, donc vendre, afin in fine de pouvoir acheter, fut mis à mal un jour par des automates en panne qui jugeaient que décidément non, l’automatisme pouvait avoir ses limites. Lire la suite

L’impossible politique

Avez-vous déjà remarqué comme un politicien ne sait pas, en général, avouer son incompétence dans un domaine social? Il en est pourtant un, tout à fait actuel, qui relève de l’impossible. La régulation des sans-papiers, et plus généralement, la gestion de l’immigration.

immigration

En France comme dans tous les autres pays dits riches, des solutions sont expérimentées, des élus accèdent aux responsabilités en dénonçant celles qui ont été des échecs, et en affirmant détenir une politique cohérente d’immigration, comme j’ai pu le lire aujourd’hui dans un forum politique.
Croyez-vous vraiment que d’avoir une politique cohérente d’immigration soit quelque chose de possible? Je pense moi, que ça ne l’est pas et ne le sera jamais dans l’état actuel de toutes les convictions principales adoptées par les sociétés humaines modernes.
La problématique est finalement assez simple, surtout lorsque comme moi vous n’êtes pas expert en la matière. Et cela dit en passant il faut déjà oser être expert dans un domaine parfaitement ingérable. Tellement ingérable,d’ailleurs, que personne sur cette planète n’a jamais trouvé de réponses pérennes, humaines et efficaces dans ce domaine. En soi, le fait que cela soit un problème ajoute une dimension tragique à l’affaire.
Je parlais donc de problématique. Elle est la suivante : vous avez des pays industrialisés, riches et économiquement enviables – sans doute, et vous avez des pays émergeants (et beaucoup plus nombreux, ce qui ajoute une dimension au tragique), qui n’aspirent qu’à une seule chose, rattraper les pays riches. Lire la suite