Clicky

Naviguer / Recherche

Sommes-nous en guerre ?

Donner à la période historique que nous vivons le qualificatif de guerre, n’est pas sans conséquence. C’est sans doute la raison pour laquelle cela chagrine quelques esprits indépendants. D’autres en revanche, n’hésitent pas à avancer l’effroyable résultat de ces actes inhumains comme le reflet de notre faiblesse, ou plus prosaïquement, de l’insuffisance de nos moyens consacrés à la défense. 

Lutter contre ce qui est inacceptable  n’est pas nécessairement une question de moyens. Il en faut, bien sûr, mais à chaque noblesse s’oppose la médiocrité. En ce sens aussi important que soient nos moyens de défense, il y aura toujours la faille suffisante pour l’infiltration de l’obscurantisme. Notre idéal inspiré de l’esprit des Lumières est notre meilleure arme.  Nous sommes la Nation de France sur le socle de la démocratie, du droit, des libertés individuelles et de la conscience collective de la construction délicate et laborieuse d’un édifice républicain. Gardons ce cap, n’oublions pas notre esprit républicain. Il n’est en effet pas envisageable de construire notre avenir sur le sang versé des innocents avec les chimères de l’exclusion des différences, ou celui tellement facile du replis identitaire. Comme si notre pays s’était nourri de facilités. Lire la suite

La marche contre la terreur

Aujourd’hui dimanche 11 janvier 2015, une marche en principe silencieuse, avec tous les citoyens qui le souhaitent, se déroulera à Paris en France. Comme tout citoyen de ce monde, des chefs d’état seront là. Qui ? En s’en moque. Car ce n’est pas le sujet. D’aucuns pourtant en profite pour le relever, en mimant la connaissance, et se focaliser sur l’échec annoncé d’un tel rassemblement, car vous comprenez, je ne me mélange pas à ces gens là.

Ils profitent même de l’occasion pour s’exprimer. Pour l’écrire dans un blog (non je ne mettrais pas de lien), pour l’exprimer sur Twitter, ou ailleurs sur les réseaux sociaux.

Je les remercie, sincèrement, pour le courage de l’expression. Et je constate alors que l’union sacrée, après une émotion exactement identique partagée par tous les hommes, n’aura durée que l’espace d’un souffle. Leurs billets ou leurs tweets m’ont donné envie d’aller finalement à cette manifestation. Pourquoi ? Parce que ces propos, ne sont que la démonstration de la vanité. La vanité de ces hommes qui ne supportent pas l’ombre d’un instant, d’être dans une masse, sans même se rendre compte que la masse alors formée, ne l’est que par se qui fait que nous sommes tous les humains, simplement, animés par le même sentiment d’effroi face à la barbarie. Lire la suite

Sauvegardons la neutralité d’internet

Actuellement, vous le savez sans doute déjà, le réseau des réseaux, Internet, est attaqué de toutes parts. Internet qui n’est qu’un transmetteur réticulaire des idées des hommes de ce monde, n’est pas compris par tous, ou bien trop, et d’aucuns tentent par tous les moyens plus ou moins légitimes, de l’encadrer. Or vous le savez également, si vous encadrez quoique ce soit qui est humain, vous limitez le champ des possibles.

eG8 : lâcher de fumigènes sur le réseau

L‘organisation de l’eG8 à Paris est bien évidemment un écran de fumée. L’idée initiale semblait intéressante, réunir les acteurs du web afin d’en comprendre son évolution, d’appréhender son avenir et le cas échéant trouver des solutions afin d’optimiser et protéger les secteurs business, les populations exposées, l’éducation etc.
Ne soyons pas dupe, si les gouvernements commencent à mettre le nez dans le réseau des réseaux, c’est sans doute pour le réguler, mais certainement pour imposer le fonctionnement business à l’ensemble, le tout bien drapé dans un contrôle tout azimut des transmissions électroniques.

Quoiqu’il en soit, on constate aujourd’hui que dès que la politique se mêle du Net, il n’en sort rien de bon, voire plutôt que du mauvais. HADOPI, DADVSI et autres sont des preuves évidentes des tentatives malheureuses de récupération du réseau libre afin d’en faire un machine à fric, ou pire, aseptisée.
Les arguments déployés jusqu’à présent par les politiques sont soit ridicules (les pédophiles sont partout) soit guidés par les lobbyings des majors de l’industrie phonographique qui d’une part se moquent totalement de nos libertés, et d’autre part nous considèrent comme une source inépuisable de revenus indus.

Lire la suite