Clicky

Naviguer / Recherche

Aux donneurs de leçon sur l’exil

La tragédie Syrienne s’invite à nos portes, les migrants arrivent et chacun se drape dans ses certitudes. La France est une terre d’accueil, et si ce statut n’appartient à aucun Français en particulier, il est régulièrement mis à mal spécialement depuis que les populistes hurlent sur les ondes en racontant n’importe quoi.

Les populistes sont ces gens, de la classe politique qui prétendent, probablement à juste titre, représenter un courant citoyen sinon majoritaire, au moins en pleine ascension. L’arrivée des migrants Syriens, qui n’est bien entendu pas sans conséquence pour l’organisation locale des pays, a laissé le champ à bon nombre d’arguments souvent fruits du fantasme. L’un de ces arguments que l’on entend fréquemment, en tous cas dans ma sphère professionnelle, c’est d’affirmer que ces Syriens feraient mieux de défendre leur pays plutôt que de venir manger notre soupe.

Ce que je suis tenté de répondre dans ces cas là, est assez simple. Je n’imagine personne aujourd’hui faire la leçon sur la défense d’un pays, surtout si l’on se réfère à la dernière guerre. D’une part parce que cela n’a rien à voir, les évènements Syriens s’inscrivent en effet dans un long processus de dégradation du pays, c’est une guerre civile, mais ce n’est pas que ça. C’est en tous cas un contexte que nous n’avons pas connu en France. Faut-il rappeler qu’en France par exemple, qu’ il y avait en 1940 des divisions entières en déroute avant le premier coup de feu, et un volume de partisans FFI infiniment supérieur le lendemain de la libération ?

Mais au delà de la polémique je voulais vous faire partager une aventure. Celle d’un réfugié Syrien, qui a été récemment nommé meilleur entrepreneur du monde 2015 lors du « EY World Entrepreneur Of The Year » qui s’est déroulé à Monaco. Ce qui est intéressant dans cette nomination, c’est que ce prix ne récompense pas directement un homme, mais un pays dans lequel un homme évolue. C’est ainsi parmi 56 pays finalistes, qu’a été appelée à la tribune du vainqueur, la France. Ce Syrien, exilé, qui aurait très bien pu être cet enfant échoué sur la plage après un naufrage dont nous avons tous entendu parlé, fier d’être Français, et parce qu’il est Français, a une très belle histoire.

Bien entendu, c’est un destin exceptionnel. Mais à ce seul destin, quels propos de comptoir, quel argument personnel rapide peuvent être opposés ?
Je vous invite donc, vous qui être épris de certitudes ou vous qui avaient foi en l’homme, de découvrir une belle aventure dans cette vidéo (début à 30’15), qui fut de domaine du possible, parce qu’une chance a été offerte. C’est une aventure possible parce que la France  n’est pas un pays comme les autres, et nous oblige, nous citoyens Français, à un peu plus qu’un fracas de paroles dénuées de sens qui ne nous élèvent pas.

Laissez un commentaire

nom*

Adresse mail* (non publiée)

Site Web

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.