Comparatif de trois solutions de musique illimitée

La musique illimitée en streaming est vraisemblablement la solution pour l’avenir. Une solution qui présente l’avantage de s’inscrire dans une époque où le dématérialisé est nécessaire afin que tous nos appareils mobiles, comme notre centre multimédia à domicile, soient reliés. Dans cette nouvelle niche, trois principaux services en ligne de musique illimitée nous sont proposés en France, tous pour un abonnement identique de 9€90 par mois : Deezer, Spotify et Rdio. Je vous propose un petit comparatif pratique pour une écoute quotidienne depuis votre ordinateur (PC ou MAC) ou depuis votre mobile et votre tablette, résultat d’une utilisation assez intense pendant plusieurs mois.

  DEEZER

http://www.deezer.com

Interface ordinateur : Deezer propose une interface web via votre navigateur. A priori tous les navigateurs sont compatibles bien entendu, cependant Deezer propose davantage d’options sur Chrome. Ce qui est assez contraignant finalement pour l’utilisateur qui ne souhaite pas utiliser plusieurs navigateurs, et qui exclurait Chrome dans son utilisation quotidienne. L’aspect général est clair, on distingue parfaitement les zones d’intérêts : le player, la pochette d’album, les titres, les nouveautés, les recommandations. Pour les fonctionnalités, Deezer propose le plus d’options, avec un prime, une console DJ, que je n’ai pas testée mais qui permet l’enchaînement des titres de manière originale. La page d’accueil ne propose rien d’intéressant, et ne retient pas votre type de musique favorite dans les propositions affichées. Toutefois Deezer vous propose un panel de nouveautés hebdomadaires, en fonction du style de musique, c’est bien fait et très pratique pour découvrir des nouveaux sons. Pour la découverte et l’exploration musicale, Deezer est à mon sens le meilleur.

deezer
L’interface web de Deezer

Interface mobile : Autant le dire de suite, Deezer est probablement le système le plus universel. Il fonctionne partout, sur mobiles comme sur tablette. Les interfaces sont un peu simplifiées par rapport à celle qui s’affiche chez vous sur votre navigateur. Le seul problème rencontré est sur mobile, où il n’y a pas possibilité de passer du format vertical au format paysage. Deezer est le seul des trois services, qui soit directement transposable sur tablette, quelque soit le modèle.

Qualité audio et catalogue : C’est un son MP3 à 320 kbit/s sur la version premium (la seule considérée comme vous l’aurez compris dans ce petit comparatif). Une fois transposée sur votre portable, a priori vous conserverez la même compression. Ce son MP3 est correct sans être de la haute qualité. C’est néanmoins largement suffisant pour la plupart des matériels utilisés. Le catalogue est bien fourni, que ce soit en français, en jazz ou en classique. Rien d’absolument fabuleux, mais la musique que vous aimez y est. Comptez plus de 10 millions de titres.

Finalement pour un usage quotidien à la maison ce n’est pas mon préféré du fait de son interface trop dense et de son exclusivité pour un navigateur. En revanche il a tous les avantages en nomade. On peut noter quelques pertes de playlists dans le temps, ceci est dû vraisemblablement à un ajustement du catalogue au grès des majors qui dictent de toutes manières leur loi pour ce type de distribution musicale. Bien entendu, vous pouvez associer votre compte Deezer avec celui de la LastFM.

Verdict: Rapidité d’exécution starstarstar  – Prestations audio starstarstarstar – Interface et portabilité starstarstar – Impression générale starstarstar


 SPOTIFY

http://www.spotify.com

Interface ordinateur : Spotify a l’inconvénient de demander aujourd’hui une inscription préalable sur FaceBook. Mais rien ne vous empêche d’utiliser un compte spécial pour cela. C’est le seul du comparatif a proposer une version logicielle de son interface. Cela présente l’avantage non négligeable d’intégrer dans sa bibliothèque les morceaux du  dossier musique de votre ordinateur. Dans Spotify vous avez toute votre musique ! Tous vos mp3 sont donc indexés. L’interface est cette fois-çi sombre. Un fond noir et une écriture blanche, parfaitement claire, d’un effet global sobre et agréable. Le programme est assez léger, et n’a pas d’influence notable sur votre config informatique. Il est assez facile de s’y retrouver, de rechercher, et de naviguer de titres en titres tout comme de découvrir de nouveaux auteurs. Spotify, comme également les deux autres solutions, sont une invitation au voyage musical, et c’est la bonne nouvelle du dématérialisé et sans doute son principal intérêt.

spotify
Schéma explicatif Spotify

Interface mobile : Même si un effort est notable et l’interface sur smartphone de qualité, Spotify s’exporte assez difficilement. Vous le trouvez sur toutes les plateformes mobiles (Android, iOS, Windows et BlackBerry) mais exclusivement sur les tablettes iPad. La synchronisation semble assez capricieuse, en tous cas chez moi, et vous aurez parfois bien du mal à obtenir vos titres hors connexion sur votre mobile.

Usage quotidien : La procédure de sauvegarde, sous format propriétaire, est assez simple, mais nécessite deux actions, une sur l’interface PC/MAC, et l’autre sur l’appareil mobile. Vous pouvez utiliser deux appareils mobiles en plus de l’interface principale. Bien entendu, vous ne pourrez écouter que via une seule interface. Cependant plutôt que de proposer une solution de switch à l’instar de Rdio, Spotify coupe simplement la lecture si deux lancements simultanés d’appareils sont réalisés. La page d’accueil ne présente ici encore aucun intérêt, cependant vous avez la possibilité d’ajouter à l’interface de bureau des applications qui peuvent être pratiques pour découvrir de la musique ou organiser une écoute prolongée en fonction de vos goûts musicaux.

Qualité audio et catalogue : Chez Spotify c’est quelque soit le support du 320 kbit/s. Vous pouvez via l’interface logicielle créer un fondu lors de l’enchaînement des titres, ou encore établir un son linéaire quelques soient les pistes. Le lancement des titres est instantané, le meilleur du comparatif. Le catalogue est étoffé, ne manquent notablement que quelques pointures comme les Pink Floyd ! Ici encore vous aurez un choix supérieur à 13 millions de titres. Tout comme Deezer et vraisemblablement Rdio, bien que je ne l’ai pas encore constaté, parfois de titres disparaissent brutalement.

Verdict : Rapidité d’exécution  starstarstarstar – Prestations audio starstarstarstar – Interface et portabilité starstarstarstar – Impression générale starstarstarstar


  RDIO

http://www.rdio.com

Interface ordinateur : Rdio est le seul à vous proposer deux types d’interfaces : soit vous l’utilisez dans votre navigateur, soit vous télécharger la version desktop (ou ordinateur) qui lui ressemble à l’identique. Cette version présente l’avantage d’être totalement indépendante du navigateur, modulable à souhait, avec une version mini-player intégrée (qui n’est pas des plus joli toutefois). Vous pouvez donc profiter de l’intégration sous Windows 7 et commander directement le player via la barre d’outils. L’interface est très épurée, à l’instar de celle de Deezer, avec néanmoins des fonctionnalités sonores en moins. Vous ne pouvez pas enchaîner les titres par exemple, ni transformer d’aucune manière le son. Bien entendu si vous avez une bonne carte son, avec son logiciel qui l’accompagne, c’est à ce niveau que vous pourrez moduler la sonorité.

rdio
Le player Rdio

Interface mobile : Elle est très bien conçue. Vous retrouvez quasiment la même chose que celle de votre ordinateur. Très pratique également puisque vous pouvez jongler instantanément entre l’écoute déportée ou sur votre machine principale. En effet, comme pour les deux autres solutions, vous ne pouvez pas écouter votre musique sur deux appareils en même temps. Hélas les solutions tablettes sont inexistantes ou presque, vous n’en trouverez que pour l’ iPad. Lorsque vous écoutez un album qui vous plaît, vous pouvez le classer très simplement dans votre collection. En cela c’est sans doute plus simple que sur Spotify où vous êtes contraint à chaque fois de créer une playlist.

Usage quotidien : Rdio est efficace, mais souffre d’un manque de réactivité au lancement des titres. C’est sans doute le plus lent des trois. Cela ne nuit finalement pas trop à l’écoute, surtout pour ceux qui apprécient le blanc naturel qui existe entre deux pistes. Cela dit lorsque vous surfez d’artistes en artistes ou de titres en titres lors d’un parcours de découverte, cela peut être un peu pénible. La synchronisation fonctionne à merveille, et il est très simple de demander au programme desktop d’envoyer le titre ou l’album sur votre mobile. Un pictogramme indique sur les deux interfaces si cela a été effectué. N’hésitez pas à améliorer votre expérience d’utilisateur en lisant la FAQ des addons Rdio.

Qualité audio et catalogue : Sur Rdio la qualité retenue serait du 256 kbit/s, bien que Rdio ne communique pas beaucoup à ce sujet. L’explication est qu’en définitive, Rdio utiliserait un bitrate fluctuant, en fonction des pays et de la qualité de couverte 3G+. En effet, leur politique est d’offrir la même qualité de musique à la maison ou en déplacement. J’ai eu l’occasion via mon casque hi-fi de comparer Spotify et Rdio, et franchement je ne note aucune différence notable – j’ai toute confiance en mon oreille, et mon matériel. Je me demande même si en France Rdio ne diffuserait pas en 320 kbit/s. Quoiqu’il en soit le son est tout à fait convenable. Encore une fois cela reste un son compressé, mais je défie quiconque avec des moyens classiques, de faire la différence avec du lossless (FLAC). Enfin, le catalogue semble très bien pourvu, avec plus de 10 millions de titres proposés, dont les Pink Floyd ! J’ai pu noter en transposant mes playlists 1 Spotify vers Rdio qu’il manquait quelques titres. Cela ne signifie rien pour autant puisque j’avais élaboré ces playlists précisément sur Spotify en fonction de ce qui y était proposé.

Verdict : Rapidité d’exécution  star – Prestations audio starstarstar – Interface et portabilité starstarstarstar – Impression générale starstarstar

En conclusion

Vous le constaterez, choisir son prestataire de musique dématérialisée, n’est pas immédiat. Les trois services sont bons, les prix identiques, le catalogue sensiblement de même volume, le son exactement semblable. Seules les interfaces et quelques détails pratiques pour un usage quotidien peuvent faire la différence. J’ai eu plaisir à écouter de la musique sur les trois systèmes. Néanmoins je dois bien reconnaître que si dans un premier temps j’ai découvert Deezer, puis j’avais retenu Spotify pendant quelques mois, mon choix s’est reporté finalement sur Rdio. La principale raison ? La procédure de sauvegarde hors connexion et le « transfert » sur portable. Et pour ce dernier point je me suis souvent agacé des caprices de Spotify, et trouve Rdio beaucoup plus simple. Les trois proposent bien entendu une connexion sociale, outre avec LastFM, mais également avec les réseaux classiques. J’ai écarté du comparatif cet aspect, simplement parce que je n’en ai pas l’usage. La musique se partage en l’écoutant, mais ce peut être un facteur de décision pour vous, auquel cas je trouve Spotify plus pratique et mieux conçu (ils ont quelques partenaires idéaux comme FaceBook ou Tumblr). Les trois enfin permettent l’élaboration de playlists collaboratives, ce qui peut être sympa si vos amis utilisent la même plateforme que vous. On comprendra l’intérêt marketing de l’affaire. La solution idéale n’existe pas encore à mon avis. Le streaming est une des réponses possible au dématérialisé, qui est sans conteste l’avenir de la musique à la maison et en ballade. Néanmoins, la politique marketing agressive des majors n’aide pas. En effet, les titres en streaming ne vous appartiendront  jamais – ce qui ne vous empêche pas de les acheter directement, Deezer et Spotify le permettent. Toutefois, on peut parier sur un avenir plus indépendant des artistes, qui proposeront vraisemblablement tous leurs propres playlist via leurs sites web, listes que l’on pourra importer d’un clic ou deux dans le système de diffusion que l’on aura choisi.

Mon choix– après une utilisation quotidienne en version premium – et donc parfaitement subjectif :

   (Mise à jour juillet 2014)

  1. Il existe un procédé automatique très pratique pour cela, cela fera l’objet d’un futur papier. 

5 commentaires On Comparatif de trois solutions de musique illimitée

  • Rétrolien: Comment obtenir un Deezer desktop facilement ? | Raoul Burdet Online ()

  • Moi je l’entent la différence avec du matos type Dac Magic de Cambridge un amp Cambridge et des colonnes type Klipsch RF-7 même un sourd la ressentirait, la différence!
    surtout depuis l’arrivé de qobuz la comparaison entre un bon master et le meme en mp3 est facile a faire.

    cdt

  • J’ai fait comme les allemand régime sec au sandwich pendant un an et au lieu de mettre 5€ dans les cigarette,
    hop de côté sur un compte spécifique.
    c’était dure, mais la récompense est la, quel pied……….
    J’ai même plus envie d’aller a un concert trop souvent déçus par la sono.
    Par contre effectivement la source prend une importance majeur dans l’écoute, un mauvais enregistrement ou format trop compressé ce ressent tout de suite.
    Autre exemple j’ai pu comparer une source numérique (canalsat radio FIP) et analogique (radio FIP) sur un même ampli et enceintes. (klipsch rf-82)
    Le morceau etait la fameuse tocata et fugue de Bach BWV565 sur un orgue.
    Même la une différence était audible et le favoris non pas canalsat, mais la radio analogique incroyable.

    Et pourtant, canalsat ça devrait être du bon quoi.

Laisser une réponse:

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Pied du site

Barre latérale coulissante