Clicky

Naviguer / Recherche

Free Mobile camoufle t-il le business ?

L‘opération buzz mené par Free est impressionnante. Free est très fort pour tout ce qui est avant leur produit, sans dépenser un centime, n’en déplaise aux agences du pub qui l’ont mauvaise, pensez-donc, la marque bien connue de low-cost-techno a probablement réussie son entrée dans le monde fermé et étrangement homogène de la téléphonie mobile. Sur Twitter, on s’emballe, on se sent floué car nous voici, après l’intervention du PDG de Free, transformés depuis l’état de geek accros du smartphone, en celui de poulet plumé depuis tant d’années. C’est très désagréable, et qui plus est cela nous fait perdre la notion de business et des ces ficelles.
En période électorale, vous allez comprendre le rapprochement, il est sans doute bon de mesurer les effets d’annonces, pour n’en retenir que la substantifique moelle, ou simplement la vérité.

Free n’est pas un association caritative à but humanitaire. Non, c’est une société qui fait du business dont l’objectif est d’être rentable. Mais cette société est arrivée sur le champ de bataille après tout le monde, ou sans doute avec de moindres moyens. Ce fut le cas pour internet, c’est à nouveau le cas pour la téléphonie. Free ne peut donc pas arriver, et prétendre faire la même chose que tous les autres, mais en mieux, en l’occurrence en étant moins cher, avec le même service. Free, en toute intelligence adaptative, a donc profité d’une niche, celle qui prétend que tout ce qui ce fait depuis aujourd’hui est obsolète ou injuste pour nous. C’est la niche de la corde sensible, celle qui est alimentée par bien des faits ou des fantasmes.

Ainsi, nous malheureux consommateurs qui sommes floués, attendons toujours le messie. Et le messie pour notre iPhone (que je ne possède pas), c’est Free. Cependant puisque Free n’est pas le Jean Valjean de la téléphonie et qu’il doit dégager des bénéfices avec son offre prétendument révolutionnaire, il y a anguille sous roche. Toute l’astuce est de masquer les annexes par l’essentiel. Je m’explique. Vous avez effectivement une offre technique fiable, le réseau cellulaire Free physiquement prêt, très largement épaulé par celui d’Orange qui vend une partie de son propre réseau. Vous avez toute la stratégie d’annonce dont nous parlions en introduction, puis un argument quasiment unique : le prix défiant toute concurrence. Ce qui est occulté est donc tout le côté après-vente souvent indispensable sur ces secteurs high-tech, c’est à dire la relation clientèle, le rendement technique de ce qui est proposé (y aura t-il une continuité sans faille du service proposé), et tous les petits plus qui font que finalement, le service proposé vous intéresse. Cela dit, à moins de 20 euros par mois, je serais le premier intéressé. A la condition que le débit soit constant, que le push mail soit effectif et sans faille, que les cellules 3G+ soient disponibles dès que je les sollicite, bref que cela soit fiable et efficient.

En outre, ce qui permet de devenir méfiant vis à vis du quatrième opérateur, c’est son offre dite sociale. Je pense que si économiquement parlant c’est une bonne idée, d’un point de vue registre, c’est une erreur. Ainsi que je vous le disais, Free c’est du business. Pas de la politique. Pas du social. Ce n’est pas une ONG dont l’objectif est de rassembler les populations défavorisées, de les aider, les soutenir, leur offrir de quoi réussir ou simplement survivre. En se substituant aux professionnels élus ou mandatés de ce registre social, Free s’emballe, fait un saut de registre, ce qui est systématiquement source à paralogismes. Qui trompe t-on et comment dans cette salade ?

Finalement, la stratégie de vente à laquelle nous assistons aujourd’hui est celle du camouflage. On vend quelque chose qui va nous rapporter, en laissant croire que c’est caritatif (même si vous déboursez), que les autres manquent à tous leurs devoirs et que s’en est tout de même honteux. En alimentant la sensation, que nous avons tous, d’un entente qui serait illégale entre les trois opérateurs historiques, Free détourne notre vigilance. C’est une forme de tromperie, et ce n’est à mon avis pas tout à fait honnête, même s’il faut bien le dire, leur offre est une aubaine pour initier une saine concurrence. Ce n’est pas tout à fait honnête, car au bout du compte, est-ce que téléphoner avec Free sera plus efficace si ce n’est plus performant que sans ? Personne ne le sait, pire, personne ne le relèvera le cas échéant ! Free, c’est la liberté !
J’ai choisi d’avoir un service qui pourrait être de moins bonne qualité 1 je ne vais donc pas critiquer cela. Et puis, entre nous, on a envie de croire M.Niel !

la.gif

Pour en savoir plus sur l’offre Free mobile et vous inscrire.

  1. Que cela ne vous empêche pas de changer d’opérateur, bouger les lignes est souvent une bonne chose.

Commentaires

Raoul
Répondre

Les réactions des opérateurs historiques affluent. Il y a du bon comme du moins bon. Et dans ce domaine, vous pouvez lire un article scandaleux de Numérama : http://mytwit.fr/2f

Raoul
Répondre

Que Choisir, le magazine bien connu orienté vers la défense du consommateur, et décortiqué l’offre de Free Mobile.
Bien entendu, tout n’est pas rose, et on retrouverait les mêmes défauts que chez les trois opérateurs d’alors : http://mytwit.fr/2g

Laissez un commentaire

nom*

Adresse mail* (non publiée)

Site Web

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.