Clicky

Naviguer / Recherche

Antimilitarisme

Chaque 14 juillet, invariablement, nous avons droit à notre lot antimilitariste, les arguments tarte à la crème de révisions générales de la politique de la défense, c’est à dire qu’on supprime les militaires car cela coûte trop cher finalement, ou encore de remarques agressives sur l’état intellectuel des militaires en général. En somme, je suis intelligent par rapport à ces idiots qui se mettent au garde à vous en saluant.
C’est un sujet que je reconnais délicat, car s’il est révélateur à mon sens, du naturel ségrégationniste de tout homme dès que cela ne lui ressemble pas, il est aussi le point de départ de bon nombre d’idéologies loin d’être inintéressantes.

Mode vestimentaire militaire

Afin de commencer tout de suite à donner le ton, un militaire n’est pas fait pour faire la guerre, mais pour l’éviter. Du moins dans la conception moderne de la défense. Prétendre qu’un militaire ne pense qu’à guerroyer, outre le fait d’être politiquement incorrect, est dénué de sens. Les militaires dans notre pays sont là pour protéger nos intérêts. Ils sont donc déployés sous contrôle citoyen puisque le chef de l’état est élu au suffrage universel direct à la majorité absolue, et qu’il est le chef des armées. Ainsi lui seul décide de la politique de défense de la France. La mise en œuvre appartenant au premier ministre. Les dépenses faites pour la défense sont sous le contrôle des assemblées et vérifiées par la cour des comptes.
Un militaire français n’est pas payé cher. Il n’est pas soumis au régime du temps de travail, et dans son contrat, il est stupilé clairement qu’il doit pouvoir donner sa vie si la république l’exige. Vous trouvez qu’une vie vaut à peine une fois et demie le SMIC ?
L’argument qui consiste à dire que personne ne les force à devenir militaire est à ce moment difficilement recevable, puisque vous pourriez tout aussi bien baisser encore les soldes que vous auriez toujours des volontaires. De toutes manières, un militaire ne raisonne pas par l’argent. On peut penser que c’est à partir de là, que le quidam décroche, car l’argent est pour beaucoup une valeur essentielle. Tout raisonnement qui en ferait abstraction dépasse alors l’entendement. En effet, un militaire a d’autres valeurs plus rares sans doute. C’est pour cela entre autres choses, qu’ils endossent l’uniforme.

À propos d’uniforme, il n’est pas honnête de prétendre que c’est quelque chose que vous détestez, puisque nous avons tous, un uniforme. Celui qui permet de se fondre dans notre environnement, celui qui évite de choquer ou qui sied au métier, celui qui est imposé par son employeur civil. L’uniforme est quelque chose de recherché par les hommes, car il évite le subversif ou l’affichage ostensible d’un état d’être. Qui je suis tu ne le sauras pas puisque je revêts des habits qui me fondent dans la société. Mieux vaut ressembler à ses congénères, et je préfère ressembler à tout le monde. Voilà un moteur de notre société ! Les militaires ont un uniforme conforme à la société bien qu’aux couleurs particulières, mais imposées par d’autres.
En ce sens, si les treillis verts le sont car ils s’adaptent aux forêts, les treillis gris camouflés le sont car des hommes, qui n’ont pas l’état militaire, ont décidé que l’environnement urbain serait dans les tons gris. Parce que les bâtisseurs nous ont légués un environnement grisâtre. Les militaires ont un uniforme qui s’adapte ainsi à ce que d’autres hommes ont décidé, et à qui personne jusqu’à présent n’avait eu l’idée de les blâmer au même titre qu’un « je n’aime pas les uniformes ! ».
Et puisque l’argent n’est pas une valeur pour le militaire, au contraire de la reconnaissance, de l’esprit de corps ou de l’honneur 1, leurs uniformes signifient toujours quelque chose. Ils fascinent même puisque la mode s’approprie régulièrement le vêtement militaire.

Ces uniformes enfin, n’ont pas systématiquement une connotation guerrière. Lorsqu’en France la tempête Xynthia avait ravagé des villes entières et mis la population en péril, tout le monde était très content de voir partout ces militaires aider leurs concitoyens. On aurait même voulu en voir davantage. Lorsque les ressortissants français de l’étranger sont à leur tour en péril, victimes d’une instabilité politique locale, les militaires sont là pour garantir leur sécurité. Quelques soient les conditions, et toujours au péril de leurs vies.
Je vous vois venir … mais il radote … ce sont des lieux communs ! Oui ! Mais il semblerait que pour certains, ce soit un peu confus dans leur esprit. Les politiques parfois s’égarent. Supprimer un 14 juillet sous prétexte que cela fait trop guerrier 2, est une perle en termes d’inconsistance politique. Les militaires défilent, car ils le doivent aux citoyens, car c’est un jour de communion républicaine. Rien d’autre. Et si pour une fois la reconnaissance se faisait autrement que dans la douleur, pourquoi s’en priver ? Pourquoi remettre en cause une décision républicaine faite par des gens qui n’étaient pas plus sots que nous, ni davantage va-t-en-guerre, et qui à l’époque peut-être, n’étaient pas corrompus par les valeurs mercantiles de maintenant, ou l’immédiateté de l’annonce relayée par un buzz.

Côtoyer un antimilitariste ne me pose pas de problème. Surtout lorsqu’il développe ses arguments et qu’il finit par avouer qu’il est en fait essentiellement contre la guerre. Mais être contre la guerre ou ne pas aimer les militaires, ce sont deux choses différentes. C’est mélanger l’origine et la conséquence. La guerre est le problème des hommes en général, et non des militaires en particulier. Ce qui me pose en revanche plus de problème, ce que certains s’autorisent à insulter un métier, une corporation respectable et de surcroit constitutionnellement protégée. Quels autres corps de métiers peuvent s’enorgueillir de cette protection ?
C’est pourquoi sans doute il ne faut pas amalgamer les décisions politiques, et ceux qui sont chargés de les appliquer. C’est avec ceci que l’on perçoit une autre valeur militaire, un soldat n’œuvre pas pour lui. Jamais. Cette abnégation peut-être encore une fois mal comprise par la plupart des personnes qui au quotidien, travaillent essentiellement pour eux.

Finalement, je pense que l’antimilitarisme est une notion dépassée. Elle ne résulte aujourd’hui que de l’incompréhension ou la méconnaissance, voire nourrie exclusivement de peurs. C’est une tendance passéiste qui n’alimente que le communautarisme, ou la contestation systématique. Ce qui n’est pas nécessairement toujours une mauvaise chose cela dit. Mais respecter ces hommes, c’est accepter, en adultes, nos propres contradictions. On peut être un partisan absolu de la paix tout en étant égocentrique, parfois agressif ou misanthrope, n’est-ce pas ?

  1. Je ne parle pas ici de valeurs au sens philosophique.
  2. Une proposition d’Eva Joly, candidate d’Europe écologie-Les Verts (EELV) à la présidentielle en 2012

Laissez un commentaire

nom*

Adresse mail* (non publiée)

Site Web

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.