Parlons Twitter

C‘est décidé, Twitter prend désormais une place annexe dans mon environnement web. Pourquoi ? Parce que globalement ça ne sert à rien !

L’info immédiatement ? En s’en moque, rien d’urgent pour moi ou ma famille à quelques mois près. Et la plupart du temps cet info ne signifie rien en elle-même. Une guerre arrive ? Je serai informé bien assez tôt. DSK ? Heu … Donc ce serait d’être informé justement, précisément ? Hélas, le peu que j’ai pu vérifier est assez fantaisiste, disons plutôt sans précision aucune, sans mise en perspective.
Comment cela se pourrait-il en 140 caractères ?
Discuter ? Je le fais tous les jours partout où je vais physiquement, face à des gens que je peux appréhender et apprécier dans leur complexité, et sur le Net j’ai bien autre chose à faire (comme écrire ceci par exemple, mais à mon rythme, pas à celui de mon Tweetdesk).
Partager alors ? Non, je ne suis ni marchand, ni « markéteux« , ni blogueur influent, ni DSK, ni Carla, ni tennisman, et je ne produis pas d’émissions télé.
Perdre son temps donc ? Ah là oui, c’est parfait Twitter ! Et c’est un beau paradoxe. Twitter est censé faire vite en peu de mots. Au lieu de cela, la mode, le snobisme peut-être tend vers peu de mots pendant longtemps. Mais afin de développer quelque idée que ce soit, vous pouvez pendant toute une vie le faire, en si peu de mots, que personne n’entendra jamais.

Quel intérêt d’une Time Line (TL) dans laquelle un tweet perd tout son intérêt en moins d’une heure ? A moins d’ avoir un programme Twitter qui tourne 24/24 devant vos yeux, il ne peut n’y avoir strictement aucune influence constructive dans votre quotidien, à part vraisemblablement vous rendre encore plus fou.

Pourquoi cet engouement alors ?

Parce que Twitter est nouveau en France, mais déjà bien ancien partout ailleurs. Parce qu’il faut du temps pour comprendre à quoi cela sert. Parce qu’ une bonne partie des tweets sont soit des spams, soit des pubs déguisées pour une marque, ou un papier dans un blog que l’on estime essentiel pour l’avenir de notre planète, soit des tweets sur twitter lui-même voire sur Facebook ou n ‘importe quel réseau social, ou encore sur le foot ou le tennis.
C’est rapidement absolument ridicule, pour peu que l’on prenne le temps de s’arrêter de tweeter pour s’en rendre compte.

Finalement tout est à jeter dans Twitter ?

Non. Twitter est vraiment conçu pour glaner une info venant du web qui vous aurait échappée (enfin durant 24h). De plus, Twitter n’a pas fini d’évoluer, en quoi, on ne sait pas, mais pourquoi ne pas rêver ?
Twitter est pratique pour tenter de lancer une de vos publications sur les réseaux sociaux, mais ne rêvez pas, l’impact est très modeste, à moins que vous fassiez partie du club des tweetos indispensables.
Enfin l’API de Twitter est pas mal fichue. Elle permet en effet d’habiller de manière sympathique votre blog, sur le côté, et en bas. Surtout si vous utilisez un programme de publication automatique de vos billets. De fait, pour le côté social, vous repasserez.

L’avenir de Twitter ?

Il sera vraisemblablement bientôt racheté, assez cher, mais moins que ce que les journalistes estiment, pour décliner et disparaître dans l’immensité d’internet, quelque part, encore utilisé par beaucoup de fans sans doute, mais dans une spirale de private-jokes, tourbillon quotidien dans lequel Twitter s’est englué depuis ses débuts.
Twitter en France a peu d’avenir. Il faut trop de temps pour utiliser ses 140 caractères. Étrange n’est-ce pas ? Faites l’expérience ! En France nous n’avons pas de temps pour cela, à moins que nous ayons trop de choses à raconter et si peu de temps pour le faire, ce qui revient au même. A moins encore que la langue française ne soit tout simplement mal adaptée à la brièveté, ce qui est assurément une hypothèse intéressante.

Papier initialement écrit sur iCitoyen.fr, aux débuts de Twitter … Et pour me suivre, malgré tout :
[hana-code-insert name=’Twitter’ /]

Laisser une réponse:

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Pied du site

Barre latérale coulissante