Clicky

Naviguer / Recherche

Une histoire de radars automatiques

Je suis un conducteur père de famille, et dans cette optique, je conduis prudemment. Il faut dire que j’ai deux avantages à cela, une voiture familiale et un régulateur de vitesse. Je roule essentiellement sur autoroutes. Et je roule entre 110 km/h et 130 km/h, enfin ma voiture équipée de son régulateur.
L’arrivée des radars automatiques en France ne semble pas apporter les promesses entendues par leurs promoteurs. Les accidents sont toujours là. Aussi, la législation se durcie, et désormais à chaque coin d’autoroute, vous pourriez tomber sur un flash si vous n’y prêtez pas attention.

En république, je ne peux pas m’empêcher d’y songer, l’idée du piège sur les grands chemins est abjecte. En principe, l’état ne piège personne, mais assure que tout le monde puisse voyager en sécurité. Quitte à lâcher sur les routes bon nombre d’automobilistes sans permis, à force de points perdus, fondus sous le flash intraitable d’un mouchard sans âme ni foi. Ainsi, l’idée de mettre des radars planqués, à l’affût de notre moindre faux pas, a quelque chose d’agaçant.
C’est regrettable d’agacer un automobiliste qui met déjà une bonne partie de son budget dans ce qui lui reste de liberté, sa voiture. Les péages sont légions et aux tarifs prohibitifs, le plein d’essence revient à prendre aujourd’hui le Concorde, et nos mécaniques autos ne sont pas d’une durée fabuleuse, bien au contraire. Bref, nous automobilistes sommes clairement des vaches à lait d’un système complexe, peut-être efficace mais spoliateur.

Radar-automatique-humour

Pourtant il est quelques évidences qu’il est bon sans doute de se rappeler, afin de faire passer la pilule. La première évidence est qu’en France notre infrastructure routière est de premier ordre. Connaissez-vous des routes couvertes de trous ? Moi pas, à l’inverse de celles que l’on peut trouver par exemple aux USA. Et savez-vous que c’est grâce à cette taxe épouvantable que l’on nomme TIPP (Taxe Intérieure sur le Produits Pétroliers) ? Cette taxe est certes une manne pour l’état, mais ce dernier utilise ces fonds pour nous « offrir » des routes plates comme un billard, sur lesquelles vous ne pouvez pas foncer. Ce qui ne manque pas de piquant notez bien. Aussi les politiques qui promettent de baisser cette taxe voire de la supprimer le font par pure démagogie, car ce serait vraisemblablement une erreur. À moins que vous ne préfériez rouler sur des nids de poules, ce qui remarquez, nous éviterait de nous faire flasher trop souvent. Après tout voilà peut-être une solution ? J’ai cependant un doute.

La seconde évidence, est qu’en France, les distances sont réduites. Vous allez me dire que cela dépend d’où on part, et où l’on va. Mais si vous faites un calcul rapide, rouler au-delà de 130km/h sur autoroutes, n’est judicieux pour gagner du temps, qui si vous roulez sans discontinuer au-delà de 4 heures et sur plus de 500 kms. Et encore vous ne gagnerez qu’une dizaine de minutes. Ce qui vous en conviendrez aisément, ne présente aucun intérêt pour vous. En revanche cela offre une opportunité pour nos robots flasheurs, qui pourront s’en donner à cœur joie. Et votre permis de s’envoler.

Toutefois, la limite à ce système de surveillance, n’est pas que cela nous infantilise, puisque nous automobilistes, n’avons aucune notion du raisonnable, il suffit de regarder toutes les voitures qui vous doublent (souvent des BMW, 4×4 et autres allemandes), alors que vous roulez à la vitesse maxi autorisée, puis qui freinent brutalement, toujours sur la file de gauche, à l’approche des, anciens, panneaux indiquant un radar, pour finalement accélérer ensuite à fond. Ce comportement est puéril et grotesque, mais très fréquent. Non, la limite à ce système est qu’il est injuste finalement. Toutes les voitures ne sont pas équipées d’un régulateur de vitesse, et nous ne sommes pas égaux, nous citoyens, devant les kilomètres que nous devons avaler chaque année. En effet, un professionnel de la route a finalement plus de chance de payer qu’un occasionnel vacancier, par exemple.
Mais là où cela devient problématique, c’est que ce sont ces professionnels qui ont le plus besoin de leur permis, puisque leur job en dépend, et qui prennent le plus de risque au quotidien, ce qui implique le plus de chance de se faire attraper par le mouchard automatique.

L‘histoire des radars en France est singulière. Notre notion toute latine de liberté est mise à mal, notre porte-monnaie également. C’est une histoire qui n’est pas républicaine puis-qu’inégalitaire, qui n’a pas fait encore ses preuves à part celles d’augmenter dans un premier temps notre stress au volant (c’est un peu l’histoire de la mouche et de la toile d’araignée). Pourtant ce n’est que la conséquence de notre déraison. Je me souviens qu’aux débuts des radars automatiques, les automobilistes faisaient attention, et on remarquait effectivement une diminution de la vitesse sur le réseau routier. Mais ce temps-là est révolu, les voitures freinent puis accélèrent, les infractions cumulent, et les statistiques s’affolent.
L’histoire des radars est finalement un bon résumé de l’impossibilité d’une société à se réguler d’elle-même sans artifices coercitifs. Hélas ! Mille fois hélas !

[hana-code-insert name=’Pub’ /]

Commentaires

Claude
Répondre

Compter sur la bonne volonté et la responsabilité d’un conducteur de véhicule est illusoire.
Parler de « liberté perdue » à cause d’une limitation de vitesse me paraît un argument bien exagéré.
J’ai toujours été pour les limitations de vitesse, parce que si les véhicules sont de plus en plus fiables, l’être humain l’est de moins en moins. En cela les radars et leur cortège de points enlevés et de blessure au porte-monnaie me paraissent salutaires.
Ce que je trouve stupide, par contre, c’est le fait d’enlever les panneaux indiquant la proximité d’un radar; plus que le radar lui-même, c’est ce panneau qui ramène à la sagesse (momentanément, c’est vrai) l’assassin potentiel qu’est le chauffeur d’un véhicule. Il aurait été plus judicieux de multiplier la présence de ces panneaux, hideux, il est vrai, sans pour autant mettre des radars derrière.
Le fait d’enlever les panneaux pour masquer la présence de radars montre bien que l’Etat se préoccupe bien plus d’engranger de l’argent que de limiter les accidents et donc que de protéger la population.
Puisqu’on ne peut pas agir sur le cerveau d’un automobiliste, la solution serait d’agir sur l’engin qu’il utilise. C’est évidemment une solution utopique au regard des intérêts financiers qu’elle toucherait. Il faudrait une entente mondiale des constructeurs pour que la puissance des moteurs soit réduite; ne rêvons pas.
Une limitation de vitesse « générale » avec, plus tard, une adaptation de la voiture à des segments de route la programmant pour brider l’allure en fonction du lieu (urbain, autoroute, lieux très fréquentés par les piétons, etc .) s’avèrerait payant au niveau de la sécurité routière, bien entendu, mais aussi du point de vue écologique.
Il est bien entendu que ces remarques ne touchent pas les bons conducteurs (100% de la population si on en croit leurs dires), mais uniquement ceux qui font fi des panneaux de limitation et qui considèrent qu’ils sont aptes à juger eux-même de la dangerosité qu’ils représentent, c’est à dire 100% des automobilistes que je connais.

Raoul
Répondre

@Claude: Agir sur l’engin plutôt que sur l’homme, voilà une idée logique et judicieuse ! Mais comme tu le dis, la logique et le business ne s’accordent pas nécessairement.
La liberté perdue, je persiste néanmoins. Offrir à l’homme les moyens d’aller vite pour ensuite le punir afin qu’il ralentisse a quelque chose de frustrant et de paradoxal. Et la raison n’est pas la première caractéristique humaine me semble t-il ! 🙂
L’idée de mettre des panneaux vierges de radars est intéressante. Hélas, dans le grand jeu du chat et de la souris, nous aurions vite fait d’avoir à côté du volant l’emplacement de ces panneaux, et donc de ne pas y prêter attention.
Ce qui me faisait davantage réfléchir finalement, c’est sur le point que tu soulèves. Sommes nous incapables individuellement, d’avoir un jugement juste en société, et de l’appliquer ?

Vita
Répondre

La TIPP est reversée aux Conseils Généraux pour payer les dépenses sociales principalement (me semble-t-il). Les routes devraient donc demeurer « plates comme un billard » si la TIPP est diminuée… Les autoroutes sont aussi financées par les péages « aux tarifs prohibitfs », ce qui permet de les conserver « plates ».

Raoul
Répondre

@Vita: Je crois qu’il va falloir que je creuse le sujet … 😉

Marcel
Répondre

Vous devez surement habiter dans le sud ou une région ou il ne gèle que peu souvent l’hiver pour que les routes que vous empruntez soient des « billards ». Où je vis en lorraine, les routes ressemblent à des champs de patates, y circuler est très dangereux (Je suis passé de 20000km/an à 2000 au profit du train et je réfléchis à bazarder la moto aussi…). L’état ne trouve ici d’autres solutions que d’abaisser les vitesses de circulation car il n’a pas assez d’argent pour boucher des nid de poules de la taille souvent bien supérieure à celle d’un ballon basket… Dans mon pays la lorraine, il n’existe plus qu’une seule autoroute où l’on a le droit de rouler à 130km/h – Sinon c’est 110 (170 pour les 4×4 luxembourgeois) – Et c’est tant mieux pour l’état parce que cette limitation de vitesse est la plus efficace pour les radars – L’A31 fait effectivement recette à ce niveau, ses radars trustant les premières places des radars qui flashent le plus.

Raoul
Répondre

@Marcel: C’est certain que si la TIPP ne permet pas d’entretenir le réseau routier, mes illusions s’évanouissent. C’est sans doute de la responsabilité du département plus que de l’état ?

Marcel
Répondre

@Raoul: Avant cela relevait de l’état, maintenant cela relève du département et de la région. Sans compter que cela défavorise certaines régions par rapport à d’autres (En sarthe une route bien faite tiendra des années sans rustine), l’état en transférant la responsabilité de l’entretient sur les locaux n’a pas transféré tout l’argent. C’est la gestion toute entière des transports routiers qui est catastrophique. Que ce soit les infrastructures, les contrôles, la prévention, l’éducation… Au début je pensais que c’était seulement l’oeuvre de débiles, mais en fait je commence à penser que tout n’est que corruption et intéréts personnels…

Nos politiques ne méritent plus notre confiance et nous le montrent tous les jours.

Mais la prochaine campagne axée sur la morale lavera plus blanc que blanc et quoi de mieux pour commencer, pour montrer l’inflexibilité, l’incorruptibilité, l’incroyable discipline personnelle de nos politiques qu’une bonne dose de répression routière ??

Faire croire au peuple qu’on veut qu’il soit raisonnable partout tout le temps, voila ce que veut la droite parce que les gens de droite le sont ! Cette décision n’est que propagande et manipulation d’opinion – Les gens sont mécontents, tant mieux, c’est le but !

Raoul

@Marcel: Je suis en effet prêt à croire que la sécurité routière nourrit la propagande sécuritaire d’une droite monomaniaque de ce point de vue. 🙂
N’oublions pas non plus que les nouvelles décisions viennent après la diffusion de statistiques défavorables. C’est dommage soit dit en passant que l’état ne réagisse pas de la même manière par exemple sur la baisse du pouvoir d’achat, la sclérose des salaires etc.

Laissez un commentaire

nom*

Adresse mail* (non publiée)

Site Web

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.