Clicky

Naviguer / Recherche

Journée mondiale contre la cyber-censure

La mode actuelle est dans certains pays connectés au réseau des réseaux, de procéder à moult vérifications, contrôles, et autres censures de la toile. L’objectif annoncé est toujours orné d’une sainte auréole, à ceci près que dans les affaires des hommes, rien ne se fait sans débordement ou abus.
Si cette journée nous concerne, nous français particulièrement, c’est que notre chère démocratie, souvent prompte à donner des leçons aux autres, figure en bonne place sur la carte mondiale 1 des pays procédant à la censure d’internet.

Totalitaire liberticide

Ainsi, la France est positionnée comme pays sous surveillance, bien à côté de la Libye. On déclare la guerre à la Libye, mais pour les choses de la liberté dont le net fait partie, qu’on le veuille ou non, notre pays se confond avec elle 2.
Nous sommes certes une vieille démocratie, c’est pourquoi il est nécessaire d’être vigilant et critique.
En tant que citoyen il y a des choses que l’on devrait modérer. La fronde actuelle menée par nos représentants nationaux sur le Net, n’est ni légitime, ni fondée sur une réelle connaissance. Lorsque l’on constate en plus, que le réseau participe activement à l’organisation moderne et post-moderne des sociétés, nous devrions attacher sans doute davantage d’importance à sa neutralité.

Pour ma part, j’ai quasiment vu naître le web en France, et je considère que lorsque je n’aurai plus aucune liberté, il devrait au moins me rester ça. J’ai surtout l’impression, qu’il serait dommage d’inhiber le champ des possibles, en cloisonnant ou cadenassant le net dans des critères conventionnels ou maîtrisés.

Vous pouvez lire également le bon billet de Korben à ce propos.

  1. Reporters Sans Frontières est à l’origine de cette journée, retrouvez la carte sur leur site dédié
  2. Pour quelles raisons la France est-elle classée ainsi ? La réponse selon RSF.

Laissez un commentaire

nom*

Adresse mail* (non publiée)

Site Web

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.