Clicky

Naviguer / Recherche

La retraite des crétins

Dans la série des discussions sans limites, je demande la retraire et les régimes spéciaux. Voici quelques morceaux choisis de discussions, dans la suite du thème de mon papier précédent les crétins et la retraite. Même si je n’ai pas bien entendu de recette toute faite pour ce sujet complexe, les limites sont déjà bien définies.

Les régimes spéciaux sont ils la clé de voûte de notre système de retraite ?

Qui dit anti économique dit antisocial, car on ne peut combattre la misère sans croissance. Les régimes spéciaux de retraites sont anti-économiques.

discussions forums

L‘économie telle que le décide actuellement certains hommes, on ne l’a pas demandé.
Ils peuvent aller faire des pâtés de sable avec leur CAC 40 et leur croissance. Ça ne m’intéresse pas. Ce qui m’intéresse en revanche c’est le choix, la liberté, l’anti-conformisme, la diversité et donc la vie. Vivre selon nos propres rythmes et non selon une oligarchie qui se complaît dans une obstinante erreur.
Devenir un automate réglé par d’autres hommes, qui finiront bien comme moi entre quatre planches n’est pas un objectif.
Je pourrais également ajouter que pour les régimes spéciaux il ne s’agit pas d’avantages mais de compensations.
En France, compensation, doit avoir une signification particulière ou ce mot est absent du dictionnaire, car on ne l’emploie pas. On dit de suite avantage. Comme si ce qu’avait l’un manquait à l’autre.
Or ce point de vue est déjà en soi de peu de vertu, mais en plus il est absurde.

Compensation

Il serait bon de répéter plusieurs fois ce mot à la maison, avec toute la famille et de disserter là dessus. Mais pour cela, il faut couper la télé et la radio.
Ensuite, pour en revenir au coup de « l’économie telle que nous la pratiquons est l’unique solution », je m’élève.
Je pense moi que c’est un système global spoliateur, pour la planète et pour les plus faibles, qu’il répond exclusivement de l’homme et de sa vanité, et qu’en aucune manière il ne permet d’éviter ou d’apporter une réponse à la misère.
C’est un système fondé exclusivement sur l’exploitation. Exploitation des faiblesses de l’homme, des ressources naturelles et des hommes.

Il s’agissait d’une compensation à l’époque où ces régimes spéciaux ont été créés. Aujourd’hui, à une époque où les critères de la pénibilité du travail ont complètement évolués, pour les cheminots, il ne s’agit plus d’une compensation mais d’un avantage.

Alors où sont les augmentations de salaire dans les mêmes proportions de ceux qui s’autorisent des plus values sur des stocks options indues, plus values générées dans le même temps que l’on licencie sous prétextes d’un plan de rigueur ?
Où sont les mises à niveau des retraites au même titre que celles des hauts fonctionnaires ou des élus nationaux ? Pourquoi dans ce cas autorise t-on certains à cumuler des retraites jusqu’à atteindre le chiffre parfaitement indécent de 35000 ? par mois ? A qui profitent les avantages, à ceux qui ont 1000 ou 10000 euros par mois ?

Il faut avoir le courage de supprimer certains avantages lorsqu’on sait qu’ils ne pourront plus être financés à l’avenir.

Et si par exemple on imposait un salaire maximum de 15 fois le SMIC pour les patrons. Si on punissait sévèrement les détournements de fonds qui a priori suffiraient à résorber le trou de la sécu. Si on récupérait les plus values indignes des stocks options vendues alors que l’entreprise est en difficulté … Récupérer les parachutes dorés des mauvais patrons … pénaliser davantage le droit du travail, surtout en créant des postes de magistrats actuellement bien étrangement abandonnés.
Alors pour le financement, je crois qui si l’on mettait un tout petit peu de bonne volonté, ce ne serait pas du tout un problème.

Pour autant est-ce que je peux être taxé d’une logique anti-riches ?

Que les riches le soient grand bien leur fasse.
Moi je suis contre les spoliateurs, les tricheurs, les tyrans, les esclavagistes et les sectaires.
Je n’ai jamais dit, à qui que ce soit, que je n’aimais pas les riches.
En revanche ce que je dis, c’est que je trouve le gars qui roule dans Paris avec sa Porche Cayenne ou sa WV Touareg, alors qu’on parle d’un Grenelle de l’environnement, très con.
Oui là je le dis, ces gens là sont très cons. Ce qui ne m’empêche pas de penser qu’ils en ont bien la liberté !
Et pourquoi j’insiste, parce que c’est symbolique d’un état d’esprit. Ceux qui ont beaucoup d’argent, n’en ont pas simplement. Ils génèrent beaucoup d’autres choses derrière. Bien entendu il y aura toujours la fameuse exception. Bien entendu. Et en principe c’est à ce moment là d’une discussion qu’on me sort, oui mais regarde, tu généralises, si on s’intéresse à machin, lui qui est riche fait ou ne fait pas telle ou telle chose …
Bien sûr. C’est tellement évident.
Pourtant je persiste et dis que les tenants et la aboutissants de la richesse engendre pas mal de crétinerie. Tout comme cette nouvelle religion de la croissance – nouvelle c’est relatif.
C’est surtout la chose la plus évidente qui soit. Pour progresser il faut toujours plus. Mais plus pour quoi, et plus pour qui ?
Personne ne me fera croire que ce système n’est pas fondé sur autre chose que la vanité humaine. Nous sommes très éloigné d’une logique vertueuse.
Surtout pas ! Plus ! Toujours plus ! Et pour prouver qu’on a raison, on va matraquer à qui veut bien l’entendre que c’est la solution pour la pauvreté. Afin qu’il n’y ait pas de pauvres, créons des riches !
Je n’ai rien contre les riches, ce serait trop facile. Je suis surtout pour le partage aglobal de la richesse, pour un niveau de retraite équivalent pour qui que ce soit, qu’il ait été PDG ou ouvrier. Je suis contre le diktat de la valeur ajouté, contre l’idée même qu’un homme puisse être supérieur à un autre, surtout d’un point de vue matériel.
Et je suis pour beaucoup d’autres choses encore, comme par exemple l’abolition de l’idiotie sociale qui consiste à dire qu’il y a trois temps dans une vie : l’apprentissage, la vie active et la retraite. Moi je pense qu’on peut apprendre toute sa vie, travailler toute sa vie, à son rythme selon des tâches adaptées.
Mais ceci et bien que cela soit aussi peu développé ici, je n’attends pas que quelqu’un qui se complaît dans la possession ou la supériorité puisse ne serait-ce que l’imaginer. Car c’est impossible. On ne peut pas appréhender la grandeur de l’homme en l’asservissant. Je dis cela car à mon sens lorsqu’un homme s’enrichit, c’est que d’autres s’appauvrissent. La possession des uns implique l’exploitation des autres, toujours plus faibles.

Je ne pense pas que le droit de grève, le droit syndical, la Sécurité Sociale, le Smic, le système de retraites par répartition puissent être qualifiés de vanité.

Pourtant à quel prix et depuis quand cela est possible. Et qu’en est-il aujourd’hui dans l’esprit des gens de ces acquis essentiels ? Il suffit d’écouter pour comprendre que ces notions indispensables sont déconsidérées dès que l’occasion se présente.
Je me souviens encore de la campagne présidentielle pendant laquelle certains n’hésitaient pas à dénigrer les évènements de Fourmies …
Beaucoup d’éléments me laissent perplexe et pessimiste pour l’avenir de ces acquis, pour lesquels des enfants, des femmes et de hommes sont morts. Alors la vanité, non effectivement, mais comme il est coûteux pour l’homme d’y échapper !

Vous qui vous croyez de gauche, vous ignorez la valeur sacrée accordée au travail chez tous les théoriciens du socialisme. Aujourd’hui, quand certains socialistes disent la même chose que Jaurès sur le travail, on leur reproche de virer à droite.

Je te ferais remarquer tout de même que si tous les millionnaires et milliardaires d’Europe (toute personne morale j’entends) mettaient l’argent qu’ils ont dans les coffres des paradis fiscaux sur la place publique, on résolverait d’un coup la dette publique.
C’est stupéfiant, comment donner un sens alors aux jets privés des sociétés qui décollent plusieurs fois par an vers ces paradis fiscaux avec des valises pleines à craquer de cash dont ils ne savent plus que faire ?
Comment appelle t-on un système capitaliste dans lequel les bénéfices sont tels, que les banques doivent créer tous les jours des salles de trésors ?
Des bénéfices exponentiels, des salaires qui stagnent, un déficit du commerce extérieur abyssal, moi j’appelle ça un système qui s’essouffle !
Mais pour s’en rendre compte, il faut arrêter au moins 24 heures d’engrener du cash dans ses poches. Sinon, on voit rien. On s’enrichit, on pense de travers, et on poursuit. Normal.
Allons soyons sérieux. Et de plus le travail n’est pas une valeur. D’autres que moi ont lu quelques livres, quelques philosophes, et j’ai beau chercher, je n’ai jamais lu nulle part que le travail était une valeur.
On pourrait dire que c’est un agent contributif de stabilité certes, a condition qu’il soit juste et fraternel. Et c’est l’esprit de Jaurès. Faut tout de même pas détourner tout comme ça. On a assez de cette bande d’illusionnistes qui sont aux affaires, eux le font parce qu’ils sont sous l’effet du Graal, mais nous ici je ne le pense pas.
Alors de la décence. Enfin un socialiste c’est un tout petit peu autre chose que quelqu’un qui cherche à réduire à néant le travail. Certains prônent même un concept novateur du travail, au delà de 60 ans, mais de manière tellement différente qu’il me semble tu n’as pas relevé auparavant. On peut tout à fait s’arrêter de travailler à 30 ans, reprendre des études ou élever des enfants, recommencer à travailler à 50 jusqu’à 70 dans des boulots sociaux par exemple, adaptés, évolutifs, nécessaires. Ah mais là attention, que deviennent nos bénéfices ? Mince, des gens qui ont de l’expérience, qu’on ne pourra pas presser jusqu’à la moelle pour leur faire sortir l’impossible croissance …

Décidément. Les hommes qui dirigent aujourd’hui seront les contre-exemples de demain. Ce sont les dignes ambassadeurs de l’intelligence réduite au profit et à la croissance. Le degrés zéro du système humain, dans lequel l’asservissement est dominant, et la richesse l’unique référence. C’est de plus vain. Des observateurs attentifs le disent, nous avons aujourd’hui toutes les conditions réunies pour une catastrophe générale. Un système vieillissant, fondé sur des mauvais principes. Et s’il ne fallait prendre qu’un exemple, regardez à qui sont distribués les prix Nobel d’économie depuis quelques années. Regardez sur quoi ces gens travaillent, en lisant si la bourse vous en laisse l’occasion, leurs livres.

Commentaires

Amade
Répondre

Excellent billet cher Honorgatesdj, comme le reste de ton blog, je te suis à 200% dans ton analyse de la politique menée actuellement. C’est très réconfortant de lire des avis proche des siens avec autant de finesses d’esprit. Good luck cher ami.

Fantasio
Répondre

Bien sûr que les régimes spéciaux ne sont pas souhaitables. Mais dans une société complexe, il faut bien des ajustements pour essayer de rétablir une certaine justice. Ceci étant dit, le système des retraites pourrait être modifié en faisant cotiser les machines qui remplacent les homme (machines outils, ordinateurs…) et surtout le capital spéculatif. Cela apporterait une véritable manne et éviterait une décote des retraites et un allongement de la durée du travail. (C’est quand même la première fois dans l’histoire du travail que l’homme doit bosser plus longtemps. Une véritable régression).
La société n’a jamais été parfaite mais il n’y encore pas longtemps, ses dirigeants s’efforçaient sinon d’être vertueux au moins d’en avoir l’air. Ce n’est absolument plus le cas et actuellement nous assistons à l’émergence d’une caste politique qui allie souvent l’incompétence à un manque de scrupules ASSUMÉ. Nos dirigeants se nomment eux-même « La droite décomplexée » ce qui est édifiant. Et hop, je m’accorde une petite augmentation de 140% en passant. Les français supporteront-ils longtemps ce genre de gouvernement ?
Le pire c’est que je crois que oui. 🙁

Raoul
Répondre

C’est à ce moment là qu’on se dit qu’il faut faire quelque chose!

Amade
Répondre

Je pense comme Fantasio que malheureusement les Français en redemandent même.
Puis-je ajouter que selon l’adage bien connu qui dit que charité bien ordonnée commence par soi-même, ne pourrait-il pas (le gouvernement) réformer au nom de la ‘justice’ le régime de retraite des députés et autres sénateurs. Voire leur indemnitée de chomage si ils ne sont pas réelus.

Laissez un commentaire

nom*

Adresse mail* (non publiée)

Site Web

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.