Clicky

Naviguer / Recherche

Une société d’automates

Cette période de fêtes est idéale pour se rendre compte de la volonté bien trop répandue d’ouvrir les magasins le dimanche. Je suis absolument contre, et pour plusieurs raisons.

automates

D‘une part les arguments favorables sont fallacieux. On entend facilement que c’est pratique car on pense à ceux qui travaillent. Mais qui? Ceux qui achètent? Car ceux qui vendent, eux, à votre avis, ils ne travaillent pas? Ceux qui travaillent, le font-ils au point de ne plus avoir une seule seconde à eux, en dehors des dimanches ou des soirs après 20 heures? Mais dans ce cas, à quoi bon acheter, l’achat servirait-il alors à mesurer le temps qui passe? Ceux enfin qui passent leurs soirées ou leurs dimanches à acheter, que font-ils de leur famille, où placent-ils les priorités? Et ceux qui vendent n’ont-ils qu’à faire de même, vendre plutôt que d’être près de leurs proches?

D’autre part, le système bicéphale, j’achète ce que tu me vends, ne ressemble à rien d’autre qu’à une société d’automates spécifiquement orientés vers le commerce, pour le commerce, et pour le plus grand profit d’une très petite minorité. Car ne nous y trompons pas, notre monde s’achètera jusqu’à une certaine limite. Et transformer nos villes en gigantesques galeries marchandes infatigables sous leurs néons multicolores, cela ne nous ressemble pas, même avec de l’imagination.
Acheter c’est facile, c’est aussi vite fait. Aimer c’est une autre histoire. Et ce qui fait que nous sommes hommes, ce n’est pas notre porte monnaie, mais bien notre coeur. Que devient-il ces dimanches où nous sommes dans le flot d’acheteurs acharnés, ou bien dans la masse des vendeurs déprimés qui font ce qu’ils peuvent non pas pour aimer leurs proches, mais pour arrondir leurs fins de mois, sans doute pour acheter à leur tour, vraisemblablement un soir après 21 heures.
J’entends également rapidement l’argument, au début imparable, d’une solution au chômage et des conditions spécifiques de l’emploi des personnels. Pourtant cet emploi d’automates n’a jamais réglé aucun des problèmes de notre société, ensuite, prétendre que ce sera sur la base de volontariat est angélique, car il est vite fait de renvoyer un employé qui n’est pas suffisamment volontaire!

 

Si l’état permet ces ouvertures systématiques, c’est céder du terrain à l’ordre économico-technique. La morale, par le truchement de l’ordre politique fait défaut. Rien de saurait alors encore garantir l’intégrité de notre identité, car encore une fois, ce sont les sentiments sociaux qui peuvent nous rendre humains, et heureux. La satisfaction d’un achat bien fait, ne saurait être l’accomplissement de quoique ce soit. Regardez de l’autre côté du miroir, c’est vite ridicule.
Gardons-nous de nous perdre dans cette accélération moderne vers l’ère du tout automatique. Il est bon de connaître nos limites, car après le soir et le dimanche, que trouverons-nous pour augmenter les chiffres d’affaire ?

Je ne peux à ce sujet m’empêcher de penser aux années de luttes de nos ancêtres qui ont obtenu laborieusement le droit de repos hebdomadaire. Le retour des hommes au foyer serait-il insupportable au point de chercher un moyen pour éloigner la ménagère ?

la.gif

Rapport d’étude de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris sur une proposition de réforme de l’autorisation d’ouverture dominicale des commerces.

la.gif

L’idée transposée à l’Assemblée Nationale.

la.gif

Un pour et contre sur le site de 60 millions de consommateurs.

Commentaires

marie-christine
Répondre

At-on besoin d’acheter pour remplir un coeur sec ou a-t-on le coeur sec parce qu’on est accro à l’argent ? Je ne sais plus où est l’oeuf, où est la poule dans ce monde qui se reserre et se durcit . Quoi qu’il en soit, l’homme ne peut échapper à son destin inné : s’il s’éloigne de son âme, il souffre . Il aura toujours une soif de transcendance, personne ne peut y échapper . Certains le comprennent plus vite que d’autres mais tous y parviendront un jour .

Raoul
Répondre

Et tous, nous pouvons éviter par exemple, ces ouvertures à répétition les jours où nous devrions profiter de nous, et non du produit des autres, en n’allant tout simplement pas dans ces magasins ouverts le dimanche.
Très simple, et très efficace. C’est de plus rendre grâce à notre condition humaine, en oubliant ce côté rat blanc de laboratoire.

marie-christine
Répondre

Oui, et par la même occasion, nous pouvons arrêter d’être des adorateurs de tout : stars du foot et autres, voitures ultra- performantes, mobiles multi-fonctions, vêtements dernier cri, etc… histoire de ne pas être traités de ringards . Mais être considérée comme une attardée par des attardés ne me gêne pas . Ce serait plus ennuyeux si des personnes évoluées me jugeaient ainsi .
Ne pas fréquenter les magasins le dimanche ne suffit pas, malheureusement, à supprimer les comportements infantiles : ils iront acheter lundi !
Garder toujours en tête la notion de l’essentiel est chose difficile pour le commun des mortels en ce monde de matracage publicitaire . La faiblesse de volonté a encore de beaux jours devant elle avant de se transformer en maîtrise de soi .

Raoul
Répondre

C’est vrai que se faire traiter de ringard lorsqu’on tente, parfois avec le peu de moyens (hormis intellectuel peut-être) dont on dispose, d’échapper au foot-bagnole-survêt (par exemple), est assez systématique. Elitiste aussi est employé dans ce cas. Et pourtant … Rhâ la tâche est rude !

marie-christine
Répondre

Mais courage, la vraie intelligence vaincra peu à peu . Pas celle des performances intellectuello–technico-scientifiques et financières mais celle de la claire compréhension du monde avec ses injustices, ses erreurs, ses faux-pas, celle qui voit et qui agit à contre- courant de tout ce qu’elle juge néfaste pour son progrès, celle qui ne se perd pas dans les méandres du désir en tout genre, celle qui veut et qui peut beaucoup, celle qui est la vraie lucidité et la vraie sagesse d’un avenir pas si lointain, celle qui sera reconnue un jour comme la seule planche de salut dans un monde qui s’effrite, celle qui permettra d’inventer et de construire sur de nouvelles bases, plus humaines, plus respectueuses de l’autre dans tous ses aspects .
Ils sont de plus en plus nombreux, ceux qui souffrent, et ils sont en train d’acquérir l’expérience de vie, la force intérieure et la volonté qui leur servira demain pour bâtir un monde refusant l’égoïsme et la cupidité . Il faut bien qu’il y ait quelques êtres d’avant-garde (même s’ils passent pour des ringards actuellement) pour crier stop et accélérer les prises de conscience .
Non l’histoire qui se répète n’est pas une fatalité . Nous arrivons à un point de non retour, pour la première fois dans notre civilisation, mais nous assistons aussi à un niveau de conscience générale des populations jamais atteint auparavant . C’est elle qui inversera la tendance . D’ailleurs, le processus est déjà en marche …
Utilisons internet pour exercer nos instints solidaires . Que la technique serve au moins à ça !
Mes voeux de progrès et d’enthousiasme pour l’année 2007 à tous les êtres qui oeuvrent dans ce sens et à tous ceux qu’ils entraîneront dans leur sillage . Il est important de croire !

Laissez un commentaire

nom*

Adresse mail* (non publiée)

Site Web

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.