Clicky

Naviguer / Recherche

Une application du capitalisme

partage du temps de travail

Le système capitalisme tel qu’il est appliqué encore actuellement demeure spoliateur. Il ne créé pas de richesse puisque la précarité se développe. Ainsi on ne peut parler d’un système bénéfique s’il ne profite qu’à une fraction de la population.
Bien qu’il soit au bord de l’asphyxie, nous n’avons cependant pas encore trouvé mieux comme système: déficit commercial américain abyssal, 180 millions d’euros qui partent dans le capital en France par an. Selon l’INSEE (2004) la part des salaires dans le PIB a baissé de 11% en vingt ans. 1
Or pour que ce système soit viable, il faut consommer. Cela signifie donc directement que pour cela il faut avoir un salaire. Donc du travail, et qui plus est suffisamment bien payé. Plutôt que de se focaliser sur la croissance ne vaudrait-il mieux pas se focaliser sur le chômage ?

Ce n’est donc pas dans un pays de plus de 2 millions de chômeurs (officiels), 5 millions de précaires (plus rigoureusement) 2, et dans lequel la productivité par travailleur est la plus élevée au monde 3, que l’on va pouvoir développer le capitalisme pour le profit de tous. Cependant les déclartions récentes de M. de Villepin, premier ministre français, sont consternantes 4:

un ambitieux objectif pour le chômage, descendre sous la barre des deux millions !

Mais monsieur le premier ministre, ce qui est ambitieux ce n’est pas de mentir ou d’ajouter des sparadraps là où vous pouvez, c’est d’agir ! Et les chiffres en eux mêmes ne signifient rien s’il n’est pas donné aux citoyens un emploi serein.
La solution réside dans la division du temps de travail 5. Avec les mains, l’équation est simple : le travail pour tous n’est possible que s’il est réparti entre toute la population active. Cela s’accompagne par une volonté sans faille de payer correctement les employés. Pourtant il faudrait que cela reste compatible avec les impératifs de rentabilité d’une société, afin qu’elle soit pérenne. Il n’est pas question de sacrifier la logique économique pour une autre logique sociale.
Plutôt que de déployer des fortunes à subventionner la précarité (RMI, chômage, etc…) autant injecter ces fonds qui pourraient devenir à terme inutiles pour alléger la masse salariale des entreprises 6. Ensuite, c’est le principe des vases communiquants. Plus de salaires, pas trop bas, donc plus de consommation, donc plus de produits à vendre, donc hausse des profits pour les entreprises.
Certes l’application n’est pas aussi limpide, mais avec une volonté politique forte, des études au cas par cas permettraient d’aboutir à ce processus. Qui ne tente rien n’a rien. La semaine de 4 jours existe déjà dans plus de 400 PME en France, et ça marche. Pourquoi ne pas s’inspirer de leur savoir faire ?

Il est possible se convaincre que le système actuel n’est pas une solution viable à terme. Tout au plus est-ce une rustine. L’ultra libéralisme signe la mort du capitalisme 7. L’avenir de notre civilisation ne sera pas assuré par l’entretien d’une élite, mais bien par la répartition de la richesse. On ne peut pas envisager de régler systématiquement tous nos problèmes soit par des guerres, soit par des révolutions. On gagnerait du temps à utiliser notre courage, notre intelligent courage, à chercher des solutions, les plus humaines possible et à réfuter le culte de la peur permanente. En cela notre technologie ne nous sera d’aucune utilité – telle que nous la pensons actuellement – à moins de vouloir transformer notre société en une agora d’automates. Cela ne tient qu’à nous, et l’exemple pratique de la ruche devrait nous inspirer: trop de soldats ne nourrit pas les larves, trop d’ouvrières fragilise la ruche, trop de reines n’aboutit qu’à sa disparition.

la.gif

Une analyse technique de l’environnement du travail en France(OCDE). Cela montre si besoin en était, que la solution ne peut pas être simple, qu’elle est globale et que cela commence de toutes manières par une volonté politique plus que forte.

  1. Voir aussi les chiffres de l’OCDE, et INSEE
  2. les 8 catégories du chômage, source INSEE
  3. chiffres INSEE : Productivité horaire du travail par branche (Évolution en %)
  4. Article du Monde.fr du 28-07-2006
  5. Les 32 heures ou la semaine à 4 jours seraient une solution politiquement courageuse et efficace – Au contraire des 35h mal appliquées. La division du temps de travail ne peut servir que si c’est appliqué avec conviction et systématiquement.
  6. Les fonds de l’UNEDIC pourraient servir davantage à l’embauche réelle qu’aux salaires virtuels de personnes ne travaillant pas …
  7. Voir l’exemple de la libéralisation de l’énergie aux USA (Californie) – Ou encore l’exemple récent avec les numéros de renseignement en France.

Commentaires

marie-christine
Répondre

Tout à fait d’accord . Et je crois à la force de l’exemple . Si un pays pouvait commencer à inverser ses valeurs …
Dans ce cas, la mondialisation est un obstacle et un formidable moyen de propagation en même temps .

Francis
Répondre

1er point:Les rustines et sparadraps:Effectivement;plutot que de m’allouer une « pension « d’invalidité ( 80%):Pourquoi ne pas m’aider VRAIEMENT à trouver un emploi pouvant etre exercé chez moi?J’ai encore la capacité de « faire des choses utiles » et celà aurait en plus pour effet de m’oter le complexe de ma sentir à la charge de mon fils et de la socièté.*
2eme:Tout à ait O.K:Si ‘ai plus de moyen ;je consomme plus=>augmentation de la production=>+d’emplois(la boucle et bouclée)
3ème:Une rèvolution pourquoi pas:La rèvolte n’implique pas la violence!Mais le peuple manifestant est une preuve de dèmocratie,puisque les èlections et leur rèsultats non aucun effets (les èlus qques ils soient ne tenant jamais leurs promesses!)=>Il faut une « a narchie=absence d’elite au pouvoir,cette elite (elue) oubliant le pouvoir du peuple……Utopie (èvidemment);mais en attendant:Certains meurent de trop manger,de trop engraisser à ne rien faire qu’exploiter les autres et « boursicoter » et d’autres meurent de faim ou de froid (mis à part ceux dont c’est le choix de vivre « en dehors dusystème bien sur).Et celà en 2007,pire qu’au moyen age!!!!

Laissez un commentaire

nom*

Adresse mail* (non publiée)

Site Web

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.