Clicky

Naviguer / Recherche

Le sport et l’homme

Rares sont les occasions pour moi de me laisser aller à l’observation écrite d’un événement actuel. Pourtant l’issue de la Coupe du Monde de football 2006 ne peut me laisser indifférent. Le constat de la chute d ‘un concept de dieu vivant d’une part, mais aussi un sentiment profond d’injustice, font que finalement, le football n’est pas aussi inintéressant que cela.

Zidane, un homme

L‘expression de la liesse populaire lors de la victoire d’un match est pour moi incompréhensible. Je ne vois pas comment quelque chose qui ne concerne pas concrètement 99.99% de la population puisse influer à ce point sur le moral, ou sur le comportement d’un quotidien parfois difficile. Pourtant cette finale 2006 prend une tournure exclusivement humaine, et du coup acquiert un intérêt tout particulier. Zidane est paraît-il le plus grand champion de football de ces 20 dernières années. Une référence française dans tous les sports, dans toute sa dimension d’homme. Dimension pourtant si facilement corrompue par un public charmé qui en a fait alors une légende de son vivant. Lorsqu’ on est une légende, on risque de perdre sa condition d’être humain. L’homme transcendé, l’homme modifié.
Et il suffit d’un geste, pour qu’au bout du compte, l’on reste abasourdi plus par la perte d’une star, que l’absence pour au moins 4 ans d’une seconde étoile sur un maillot national. Et comment en vouloir à Zidane de n’être qu’un homme ? Comment en vouloir, d’autant que ce rappel à l’ordre des choses semble injuste. Des caméras attentives au geste du français, et timides sur les multiples gestes de l’homme qui a poussé la légende à retrouver son statut fatal. Les sifflets qui accompagneront ensuite l’Italie ne sont pas le fruit du hasard et rappelleront aux journalistes ce qu’il en était, feront office de micros, témoins absents des paroles déshonorantes d’un italien.

C’est alors le moment de se pencher sur la tentation de vouloir donner à l’arbitrage des moyens d’inquisition vidéo. Non ! Mille fois non ! L’homme ne peut pas sacrifier le mythe sportif à un tout big-brother. Quelle tendance ! Etrange société que ne croit que ce qu’elle voit a posteriori, qui croit davantage en la technique qu’à l’homme ! A t-il fallu le sacrifice de Zidane pour cela ? La FIFA ferait mieux de se limiter à un rôle d’humains : faire cesser le théâtre des bousculades fantômes, être vigilant sur les bras musclés dans la surface de réparation, et apprendre aux joueurs la courtoisie.

Drôle de société qui par des gestes humains, cherche à se déshumaniser.

Alors humanisons ! Ajoutons des arbitres sur le terrain, des assesseurs, plaçons au moins 6 arbitres sur la ligne de touche et retirons les vidéos qui n’ont rien à voir avec nous. Rendons aux hommes leur statut, laissons Zidane avec son propre malheur et félicitons le pour son génie qui n’appartient qu’à lui. Félicitons les Italiens pour leur victoire, mais sifflons ces acteurs de théâtre de rue qui oublient qu’une victoire peut s’acquérir aussi avec classe. Le rouge devrait aller aux menteurs plutôt qu’aux intègres. C’est du coup pour nous sans doute l’occasion de nous rappeler que le sport est aussi composé de chance, et qu’il n’est là que pour nous divertir, et non pour nous guider, et qu’il ne suffit pas à sacrifier notre simple mais essentielle condition humaine. Et c’est en cela, qu’une équipe devient le centre d’intérêts de ses pairs.

Plus prosaïquement, une défaite de l’équipe de France qui laisse en goût amer d’injustice. Un fardeau de malchance, la plaie de la tricherie, en tous cas du manque de classe. Aux jeunes joueurs désormais de relever le défi, et de rapporter dans quatre ans, ce qui n’aurait pas dû échapper à leurs aînés. Le sport dans toute sa splendeur et Zidane un être aimé, simplement.

Et puisque les images guident nos sentiments …

la.gif

Le foot selon l’Italie

la.gif

Le foot selon celui qui a offert le carton rouge à Zidane

la.gif

Le foot selon Zidane

Commentaires

Nad
Répondre

Hop c’est dit, et bien dit!:)

Laissez un commentaire

nom*

Adresse mail* (non publiée)

Site Web

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.