Tentes et latrines à Paris

Quel rapport entre les latrines et les tentes ? Et dans la capitale française en plus! C’est que désormais, vous pouvez en vous promenant le long de la Seine par exemple découvrir le plus grand terrain de camping au monde, et le seul qui ne comporte aucun lieu d’aisance ! Les parisiens sont désormais habitués aux tentes des « sans domicile fixe » présentes un peu partout, dans la rue, sous les ponts, le long des quais.

des latrines à Paris

Outre le fait, que le nombre de ces tentes croisse continuellemnt, sans que l’état ou la ville ne fasse quoique ce soit ? c’est un simple constat, plus de tentes, donc rien n’est fait – il est étonnant de remarquer que personne, ne se préoccupe de savoir si ces hommes ont accès à des lieux d’aisance. En effet, souvenez-vous des toilettes publiques il y a maintenant plus de 20 ans, qui étaient accessibles à tout le monde et parfois, bien entretenus. Désormais, lorsqu’il y en a, c’est payant. Soit, le progrès libéral sans doute. Mais les SDF qui fort heureusement arrivent à se nourrir, font aussi comme tout le monde, ils digèrent ! Reconnaissons que la Mairie de Paris fait des efforts, et comptabilise 36 toilettes publiques gratuites !1
Mais ne sont pas là où sont les hommes. Sachant qu’un adulte normalement constitué sécrète près de 300 grammes de fèces à chaque selle, et qu’il va à la selle 2 fois par jour, vous constatez qu’en un mois, un homme produit 4 kgs d’excréments (si l’on considère qu’il y a 80% d’eau). A Paris on estime la population des SDF à 10000, et il y aurait près de 500 tentes. On peut donc penser qu’il y a, au moins, 500 adultes qui produisent chacun 4 kgs d’excréments par mois. Un rapide calcul permet ainsi d’estimer qu’il y a près de 2 tonnes d’excréments qui restent quelque par sur la voie publique 2. Comme tout le monde s’en fout, ces restes là sont le long des murs, dans les plates-bandes, et ça s’accumule. J’ai pensé à un moment mettre une photo, mais non.

Ainsi, on voit des tentes, on le sait, on ne sait pas quoi faire. D’accord. Mais pour les latrines ? Ce n’est tout de même pas compliqué ça ! Qui respecte t-on à Paris ? L’homme ou l’assujetti social ? Plutôt que de dépenser un euro des impôts à mettre de la dorure sur les monuments historiques ou refaire dix fois tel ou tel carrefour , ne pourrait-on plutôt pas les dépenser pour l’installation et l’entretien des lieux d’aisance pour les SDF ? Ou alors, augmentons les impôts, mais de grâce ne laissez pas ces hommes se noyer dans leur merde.

  1. Sanisettes parisiennes sur Paris.fr. Vous noterez attentivement les horaires d’ouverture …après 22h, attendez le lendemain !
  2. L’association Emmaüs et l’institut de sondage BVA ont réalisé quelques études sur la manière de vivre des SDF. On peut y lire sur les commodités : L’association « La Raison du Plus faible » avait à ce sujet lancé une campagne sur la généralisation de l’installation de toilettes gratuites dans les villes. Le résultat de l’enquête BVA est sans appel : Seuls 27 % utilisent les toilettes publiques payantes (les sanisettes) et 46 % vont dans les centres d’accueil (cela montre l?importance du dispositif d?accueil) ou dans un café (41 %). Autrement, il ne reste qu?un recoin de la rue.

Laisser une réponse:

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Pied du site

Barre latérale coulissante