La totale démocratie

 

Sous l’impulsion d’une idée vaguement américaine, l’inconscient collectif, et le conscient particulier, nous invitent actuellement à la standardisation de la pensée. A trop vouloir imposer ce qui doit être, pour nous et actuellement, la démocratie, nous constatons que sous l’impulsion de quelques prophètes de la pensée viable, nous en arrivons à un état totalitaire.

totale liberté

Ainsi, si vous êtes un homme, vous devez satisfaire à une idée patriarcale. A moins, que vous ne soyez moderne, et dans ce cas, dans les cercles progressistes, vous devez changer les couches de votre enfant, et laisser votre compagne atteindre la félicité professionnelle. Vous aviez un doute? Regardez la pub. L’apparence est alors vitale. Dans une optique différente lorsque vous faites vos propres choix, vous serez alors au mieux, un original au pire, un inconscient ou un irresponsable. Dans le même temps, si vous êtes une femme, vous faites peut être partie de celles qui oscillent à en perdre l’équilibre, entre une vie professionnelle reconnaissante, et une vie familiale simplement bien menée. Quittes à tout faire à moitié, à ne pas percevoir ce qui vous échappe, voire à en ignorer l’existence même, ou à se perdre au profit de votre seule interface que vous tenterez artificiellement de présenter aux autres.
Le choix n’est pas simple, entre s’enrichir et dépenser pour exister, avons nous le choix d’ exister simplement en aimant sa descendance, tout en étant un acteur démocratique selon les normes d’aujourd’hui ? La vie moderne arrive à corrompre l’idée qu’une société démocratique peut l’être hors d’un système de recettes et de dépenses. Ce qui importe , c’est en tous cas un consensus, c’est le revenu, la reconnaissance sociale. Moins la pérennité de l’espèce. Sans doute n’est-ce plus une règle systématique, mais pour combien de temps, et est-ce un courant de fond, ou un sursaut de liberté ?


Et dans cette mode de pensée unique, combien de mères ont-elles été interpellées par un organisme d’état, souvent une institutrice, qui d’initiative vous impose un rendez-vous chez le pédopsychiatre parce que votre enfant à fait un dessin en classe, bien étrange?
Liberté et démocratie, deux notions a priori en synergie, en pratique, totalement incompatibles. La démocratie impose le comportement individuel, ne pas fumer, ne pas boire, ne pas rouler trop vite mais acheter des voitures, voter et s’endetter. Et si vous vouliez voter blanc pour affirmer une divergence absolue avec un système que vous trouvez obsolète, vous ne pourrez pas, la démocratie impose le vote conformiste. Et si vous achetez sans argent, on vous affirme que c’est normal, que les banques sont là pour ça, et que de toutes manières vous allez découvrir la vie active puisque des lois sont là pour ça, même si cela ne pourra se faire qu’au profit de l’entreprise, votre précaire condition, mais votre sacrifice seront le lait d’une société moderne, à la française.
Ou comment l’individu se perd dans la démocratie. A titre individuel vous n’êtes plus qu’une succession de chiffres et de conventions adoptées à l’assemblée nationale, au nom de tous, mais de personne en particulier, dans le meilleur des cas, et plus rien si vous avez à faire à la justice. Heureusement vous êtes riches, donc vous existez, et on vous pardonne souvent.

Et si votre portefeuille prend comme vous de l’embonpoint, il ne vous reste plus qu’à vous référer aux magazines, qui inconscients de notre existence éphémère, nous imposent l’anorexie, et réfutent le plaisir de manger comme bon nous semble. En ce sens, votre santé devient une composante démocratique, et vos enfants vont devoir s’injecter des litres de vaccins d’états, dont l’efficacité n’est pas évidente, au contraire des effets à long termes inconnus. Si votre opinion reste la confiance dans le seul organisme, vous serez alors rejeté par vos congénères qui laissent leurs enfants fréquenter les mêmes écoles. Le risque personnel disparaît au profit de la quiétude collective, en dehors de toute notion de liberté ? ce qui pourrait encore se comprendre ? mais surtout en l’absence remarquable de toute réflexion.

Mais quelle est donc cette démocratie, qui fait payer ceux qui polluent, et laisse les agriculteurs vider les nappes phréatiques avec vos impôts afin que vous puissiez manger des tomates insipides ? Quelle est donc cette démocratie qui impose une éducation à ce point élitiste à nos enfants, sans tenir compte de leurs spécificités ? Quelle est donc cette démocratie qui considère son propre exercice dans des palais dorés, et non dans la rue ? Qui peut imposer autant d’en haut sans aucune confiance d’en bas ?
Quelle société peut à ce point perdre la notion de liberté, non pas d’agir, mais de penser?
Une société totalitaire. La même que celle qui impose et exporte la démocratie à coup de missiles et de bombes.

Laisser une réponse:

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Pied du site

Barre latérale coulissante