L’abominable justice des neiges

La justice La France est un beau pays, dans lequel mieux vaut parfois ne pas se frotter à sa justice. L’actualité nous montre en effet, l’incroyable pouvoir de nuisance, et le peu d’humanité de notre système juridique.

Les acquittés d’Outreau, n’en doutons pas, ne feront pas date dans l’histoire des bouleversements de notre justice républicaine. Les dès sont jetés puisque le consortium ou devrais-je dire la mafia des juges français, s’est déjà prononcée contre ce procédé, qu’ils jugent être leurs seules prérogatives. Comprenez, ça n’a pas de valeur puisqu’ils ne le disent pas, eux.
Demain, d’autres personnes subiront un sort à peu près équivalent. Et si le juge rend « justice les mains tremblantes » 1 c’est davantage parce qu’il perd son humanité, qu’il n’aide ses concitoyens.
Malheureusement l’obstination n’a rien à voir avec cette impression, j’aurais préféré, mais l’expérience m’impose un doute. Un insoutenable doute.

Par trois fois, des proches ont eu affaire avec cette justice, rendue à coups de haches. Par trois fois, des gens ont été condamnés, sans jamais avoir été entendu, ni même convoqués. Décision unilatérale, tranchante, irrémédiable de justice, rendue dans l’obscure machine judiciaire. Condamnations d’un mari chargé par l’avocate de son ex-femme (malgré l’évidence des torts partagés ? mais pas pour le juge, alors que cette logique s’imposait à tout observateur réel et quotidien) , ou encore condamnation d’un gérant de société de payer une facture qu’il n’a jamais émise – somme prélevée d’autorité sur son compte bancaire, enfin, insulte faite dans un tribunal sur une tierce personne par l’avocat de la partie plaignante, qu’il décréta anormale voire sadique, histoire de charger le dossier. Dans ces trois cas, jamais, le condamné n’a pu se défendre ni même être entendu. Jamais. C’est au moins deux fois de trop. Quel est cet empressement à rendre justice, à couper les têtes?
« Heureusement qu’ils ne savent plus où est rangée la guillotine … » Voilà ce qu’un condamné a pu me répondre.

Nous avons un problème dans ce pays. Parfois la justice est efficace, parfois elle déraille. C’est sans doute inévitable, mais ce qui est inqualifiable, c’est un pouvoir sans égal partagé par un corps de métier, qui trop souvent doit agir vite parce qu’il est submergé, parce que surtout, un crédit personnel existe. Mais ce ne sont que des hommes, et rien que des hommes, avec leurs tourments. Alors,qu’ont-ils de plus pour connaître de pareilles prérogatives?

Que faire? Car si justice est rendue par un collège de juges, est-il possible de prendre des décisions qui s’imposent de toutes manières. Si le législateur ne peut plus compter sur la toute et absolue bonne foi d’un juge, pourrait-il s’en remettre à une pléthore d’avis?
Nous devons comprendre ce droit républicain pourtant, et non celui d’un homme qui en a acquit l’usufruit. Un saint inquisiteur.
Ce qui semble indispensable finalement, c’est qu’au moins il soit possible de se défendre, et que jamais, une décision de justice ne soit rendue sans un débat contradictoire pendant lequel on écoute la personne, en tant qu’ égal. Un homme tout comme le juge ? qui n’est plus un yéti du coup.
N’est-ce pas ce qui est prévu ?

–> La place du juge d’instruction selon ENM (Ecole Nationale de la Magistrature) – Version « civile (Le Particulier) »
–> Faut-il supprimer le juge d’instruction ?(Libération)

  1. uy Canivet, premier président de la Cour de cassation (Le Monde du 6 janvier 2005)

Laisser une réponse:

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Pied du site

Barre latérale coulissante