Clicky

Naviguer / Recherche

Comparatif Chrome – Firefox

la.gif

Une mise à jour vous est proposée (mars 2011)

Si vous utilisez Firefox, Chrome ou Opéra, vous avez fait un bon choix. En effet, ces trois navigateurs respectent les normes W3C, celles qui régissent la manière dont on construit un site et dont a priori un navigateur devrait le lire. Malgré les efforts de Microsoft, Internet Explorer 8 ou 9 n’arrivent encore pas tout à fait à satisfaire les exigences de la diversité des sites web, et affichent souvent de manière exotique les pages. Le parc d’ordinateurs professionnels encore connectés au réseau via l’horrible et abominable Internet Explorer 6 pose encore des problèmes aux webmestres.
Ce petit comparatif qui n’a pas valeur exhaustive, va peut-être vous permettre de faire votre choix entre deux navigateurs excellents, qui sont aisément personnalisables grâce à leurs extensions respectives : Chrome de Google (version 4.x), et Firefox de Mozilla (version 3.5.x).

Page d’entrée des navigateurs

Nativement Chrome (version 4.0.249.30) propose un accueil personnalisable, sous forme de vignettes qui reprennent vos derniers surfs, ou bien les sites que vous aurez épinglés (image de gauche). Quant à Firefox il lui faut une extension. J’ai retenu FastDial, qui est après beaucoup de tests, la meilleure dans le genre, la plus personnalisable également (image de droite).

Dans cette catégorie, Firefox tire largement son épingle du jeu. En effet, l’extension FastDial permet de mettre les couleurs que l’on veut et un nombre choisi de vignettes. Les deux navigateurs utilisés pour notre petite démonstration, sont tous deux affichés avec un skin dans les tons noirs (aisément téléchargeables pour les deux navigateurs). Je n’ai en revanche pas vérifié la charge processeur ou mémoire nécessaires pour faire tourner les deux navigateurs dans toutes les conditions. Néanmoins voici ce que j’ai lorsqu’ils tournent, initialement, avant tout surf :

On constate que cela se vaut, puisqu’ici Chrome vous est présenté avec quelques extensions. Chaque extension ajoute une charge ce qui rend alors Chrome assez gourmand en ressources mémoire.

 

Usage général

Chrome est beaucoup plus véloce que Firefox au démarrage, même chargé d’extensions. L’affichage des pages web sont en revanches quasiment identiques pour les deux, et ce ne sont pas les quelques dixièmes de seconde de différence qui pourraient les départager. Quant à la sécurité de navigation, si l’on tient compte du produit en lui-même mais également des extensions, Firefox semble être mieux armé, bien que cela soit difficile à estimer avec les mains. On peut dire que compte tenue des très nombreuses extensions qui permettent un surf maîtrisé, vous avez avec Firefox un outil parfaitement sûr.

Comparatif de quelques extensions communes

C’est le cœur du sujet. Des extensions identiques existent pour Chrome et Firefox. Toutefois les deux navigateurs ne fonctionnent pas du tout de la même manière. Ainsi, les extensions ne sont pas compatibles entre elles, et ne s’expriment pas de la même manière.
Après avoir testé quasiment toutes les extensions de Chrome qui sont proposées à l’heure où ces lignes sont créées, il semblerait qu’il soit plus difficile de développer sur Chrome que sur Firefox. En effet, si on se réfère par exemple à une de mes extensions favorites, Read It Later (RIL), on constate qu’elle est beaucoup plus pratique et complète sur Firefox. C’est une constante, la plupart des extensions sont plus abouties sur ce dernier navigateur (image de gauche) que sur le challenger Chrome (image de droite). RIL est un moyen de sauvegarder des favoris temporaires pour une future lecure des sites découverts lors d’un surf, sans pour autant les classer définitivement pour finalement ne jamais les retrouver plus tard.

Vous remarquez que si RIL s’ouvre en surimpression sur Firefox, il s’ouvre sous forme de pop-up sur Chrome. D’un point de vue esthétique ce n’est pas dérangeant, en revanche, RIL sur Chrome est très peu paramétrable tandis que sur Firefox, on peut choisir le nombre de liens qui seront affichés ainsi que leur présentation (sur une ou plusieurs lignes). Un détail important, il n’est pas possible de synchroniser séparément les onglet de RIL sur Chrome, alors que sur Firefox, le processus est automatique et indépendant de toute manipulation (à part celle bien entendu de paramétrage initial).

L’aspect esthétique des extensions est une différence remarquable entre les deux navigateurs (même si l’évolution récente de RIL a surpris les habitués de Firefox), vous la retrouvez par exemple avec une extension indispensable : LastPass. Cette dernière impose l’ouverture d’un onglet sur Chrome (image de gauche). Sur le navigateur de Mozilla en revanche, c’est comme toujours une surimpression bourrée d’options qui s’ouvre discrètement, dans le même style général que vous avez choisi pour votre Firefox (image de droite). Ici encore les options proposées sur Chrome sont très inférieures à celle existantes sur Firefox.

Pourtant toutes les extensions ne souffrent pas de cette comparaison inégale. En effet, l’extension bien pratique pour les réseaux sociaux Sharehoolic est comparable en terme d’ergonomie et d’esthétique. Nous retrouvons les caractéristiques des deux navigateurs : sous forme de pop-up assez joli sur Chrome (image de droite), et sous forme de fenêtre de dialogue sur Firefox (image de gauche). Moins classe mais plus discrète.

Pour une fois, on pourrait prétendre que l’extension de Chrome est un peu supérieure. En effet, on peut paramétrer facilement votre raccourcisseur d’url. Ici par exemple j’avais choisi Bit.ly, et entré mon API de circonstance. Cela fonctionnera de fait pour tous les liens : Facebook, Twitter ou Tumblr. Remarquez en bas du pop-up de Chrome la présence d’un lien pour Read It Later. C’est une méthode pour ajouter un lien d’un site web dans votre liste de lecture future. Nous sommes à nouveau confrontés à l’insuffisance de certaines extensions sur Chrome, puisque la procédure d’ajout d’un favoris même temporaire, est singulièrement compliquée (sur Firefox en effet, c’est immédiat).
Pour l’extension qui nous intéresse, dans les deux cas, tout est paramétrable. En revanche pour Chrome il faut passer par un site tiers, alors que pour Firefox cela se fait dans les paramètres internes de l’extension. Firefox se démarque alors par la simplicité de la gestion de ses extensions.

Finalement, le vainqueur est …

Je n’ai lors de mes tests pas pu trouver toutes mes extensions favorites de Firefox pour Chrome. Par exemple j’aime assez bien utiliser ma souris pour aller en avant ou en arrière dans les pages web. Il n’existe à ce jour aucune extension qui fonctionne sur Chrome. Je les ai toutes essayées. De même Adblock existe pour les deux. Mais il fonctionne bien mieux sur Firefox. Chrome propose avec AdThwart une solution alternative, mais on ne peut pas dire qu’elle soit parfaite. En effet, elle n’est abslument pas paramétrable au contraire d’Adblock pour Firefox, avec lequel on peut ajouter soi-même les filtres.
Contrairement à ce que l’on peut lire, il est souvent nécessaire de redémarrer Chrome après l’installation d’une extension. Le gestionnaire d’extensions de Chrome est sommaire en plus d’être moche. Le skin que vous aurez choisi pour le navigateur de Google ne s’applique souvent plus dans ces cas là.
Si Firefox est un vrai diesel au démarrage, la différence s’estompe ensuite avec le véloce Chrome. La gestion des extensions au niveau des sites dédiés est beaucoup plus efficace chez Mozilla que chez Google. Avec Chrome vous partez un peu à l’aventure. Attendez-vous à quelque bugs. Cela me rappelle finalement les débuts du navigateur libre de Mozilla.

C’est pourquoi, au moment où j’écris ces lignes, Firefox semble être supérieur à Chrome. Ce dernier n’est cependant pas dénué de talent, bien au contraire. En fait j’aimerais assez bien l’utiliser systématiquement car on a l’impression tout de même d’un système plus homogène qu’avec Firefox. En revanche il semble pour le moment trop jeune. Et la stratégie choisie par Google pour son navigateur (l’utilisation de scripts et de java partout) semble être un handicap pour l’intégration des extensions très diverses.
Bref, si vous voulez la polyvalence et la simplicité optez pour le vétéran Firefox. Si vous voulez partir à l’aventure avec un navigateur très réactif, prenez Chrome !
Pour ma part, puisque j’aime utiliser pas mal d’extensions,  je garde mon Firefox. Si je devais utiliser un navigateur nu, sans aucun module tiers, alors je prendrais Chrome.

Quelques liens pour terminer :

Mise à jour de l’article – mars 2011

Firefox 4

Chrome propose actuellement sa version 10, et Firefox arrive avec sa version 4. J’ai testé les deux, et si Firefox 3.6 commençait franchement à mal vieillir, la nouvelle version 4 est un excellent cru. Désormais en version RC2 au moment où j’écris ces lignes, la plupart des extensions de pointe sont compatibles. Le navigateur est paramétrable à souhait (vous pouvez retrouver un papier à ce sujet – cf in fine), son démarrage est immédiat, et flanqué de bons nombres d’extensions, il est plus rapide que Chrome pourvu des mêmes extensions.
Ces extensions précisément toujours impeccablement intégrées au navigateur de la fondation Mozilla, bien mieux que chez Chrome ou l’on sent la surcouche davantage.
Ainsi, Firefox 4 s’impose comme le navigateur de référence, même si certaines fonctions de surf spécifiques à Chrome sont très intéressantes.

Commentaires

Raoul
Répondre

Mise à jour de l’article avec la sortie de Chrome 10 et l’arrivée de Firefox 4.

Laissez un commentaire

nom*

Adresse mail* (non publiée)

Site Web

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.