Dégustation de bières

Certains prétendent que la bière est un breuvage des dieux. Elles sont certes une boisson idéale pour se rafraîchir, pour se réhydrater, ou encore pour partager quelques idées entre copains, et ne contiennent finalement, que de bonnes choses. Elles sont de plus très variées. On compte quelque chose comme 1000 bières différentes à travers le monde.
La bière est la boisson idéale pour partager un bon moment à moindre coût. Elle se distingue des autres boissons par le jeu des verres associés, sa fraîcheur obligatoire et son faible taux d’alcool qui en font la compagne idéale d’un moment décontracté.

(A propos de verre, l’observateur attentif que vous êtes n’aura pas omis de constater que le verre ne va pas avec la bouteille).

Une petite histoire de la bière (source Wikipédia)

biereAu Néolithique (VIIIe millénaire av. J.-C.), l’homme découvrit la culture des céréales et la fermentation par hasard. Souvent composée d’orge, cette bière préhistorique entrée dans l’alimentation courante traversa le temps jusqu’à ce que la culture de l’orge soit attestée en Mésopotamie dès le IXe millénaire av. J.-C. et le brassage de la bière vers le IVe millénaire av. J.-C.. Consommée en famille et utilisée comme moyen de paiement à Babylone, puis boisson des dieux en Égypte, la bière devint dans la Grèce antique et dans l’Empire romain celle du pauvre, et le vin celle des dieux. Elle resta cependant la boisson de choix des peuples du nord, celtes et germains. La préférence pour le vin se confirma dans l’Europe chrétienne au début du Moyen Âge, notamment grâce au concile d’Aix-la-Chapelle de 816 qui encouragea les viticultures épiscopales et monastiques dans le but de célébrer l’eucharistie. Il fallut attendre le VIIIe siècle pour voir le brassage de la bière y reprendre de l’importance, en particulier en Bavière. Par la suite, aux environs du XIIe siècle, certains monastères (par exemple en Belgique et en Bavière) se spécialisèrent dans le brassage de la bière, bue par la population à la place d’une eau souvent non potable.

Aujourd’hui, la bière jouit d’un succès mondial en tant que boisson désaltérante et de dégustation. Ce succès remonte au XIXe siècle où la maîtrise de la fermentation basse grâce à la réfrigération et la pasteurisation permirent la production de nouvelles variétés de bière ainsi que leur exportation.

Comment fait-on de la bière ? (Wikipédia)

Les ingrédients :

Pour produire de la bière, il faut certaines matières premières qui vont être transformées tout au long du processus de fabrication. Il est nécessaire de disposer :

  • d’eau de très bonne qualité : l’eau constitue 80 à 90 % de la bière. Ses qualités sont donc très importantes, elles sont à l’origine de la clarté et du goût de la bière. Elle permet au malt et au houblon de libérer leurs sucres et leurs arômes ;
  • de malt (essentiellement d’orge mais également de froment pour la Weizenbier) ;
  • de houblon : il contient des acidesisohumulone et lupulone — qui stabilisent la bière et lui procurent son amertume, ainsi que des huiles essentielles qui enrichissent ses arômes.

D’autre part, on peut aussi utiliser :

Dans un verre, on trouve ainsi en moyenne :

  • 35 cl d’eau ;
  • 50 g d’orge ;
  • 0,5 g de houblon ;
  • et une pincée de levure ou ferment.

Tableaux de dégustation

(du mois de juin 2011)

Nom de la bière Appréciation générale Evaluation En été En hiver
Rochefort 10

rocherfort10

Sans doute une des meilleures bières au monde. C’est une Trappiste. Riche, dense, aux notes de cuir et de chocolat, cette bière est exceptionnelle. A réserver aux amateurs de bières fortes, bière à garder et attendre un an avant dégustation. T6 Sans doute un peu trop dense pour être vraiment rafraîchissante. Elle s’apprécie mieux lorsqu’elle n’est pas trop fraîche. Idéale pour agrémenter une longue soirée fraîche. Chaleur garantie autour des verres.

Orval

orval

Bière Trappiste fabuleuse. Amertume remarquable et unique. L’eau de la source d’Orval est d’une grande puretée. Cette bière est exceptionnelle. A réserver aux amateurs d’amertume car son goût est tout à fait original et peu surprendre. T5 Parfaite. Tout à fait agréable, cependant son amertume la rend peut-être trop rafraîchissante pour un environnement froid.

Westmalle Triple

westmalle

Excellente bière. Goût prononcé, mousseuse à souhait, amertume remarquable. T5 Un peu trop dense. Idéale.

Geuze Oude Beersel

oudbersel

Un pur moment de bonheur. Pétillante, acidulée, elle remplit votre palais pour un moment savoureux. T4 Absolument parfaite. A condition d’avoir un pull.
Leffe blonde

leffe_b

Classique et simple. Un choix qui plaît à tout le monde. T3 Idéale. Sans contre indication.
Leffe ambrée Classique mais un peu lourde inutilement. Préférez la triple. T2 Evitez. Pourquoi pas.

Page 24
(réserve)

page24

Une blonde originale. Pleine de saveur et qui sait surprendre. Très bon choix. T4 Parfaite. Peut faire l’affaire.
Rochefort 8

rochefort8

Trappiste agréable. On préfera de suite prendre la n°10 et laisser celle-là aux amateurs de bières plus légères. T3 Pourquoi pas. Convient tout à fait.
Ch’ti blonde

chti

Bière très agréable, légère mais savoureuse. Peut-être un peu trop sucrée. T3 Idéale. Pourquoi pas.
Ch’ti ambrée Je n’ai pas apprécié cette bière qui n’apporte que de la lourdeur à la boisson. T0 Non. Peut convenir.
La Goudale

goudale

Blonde de caractère, ni trop amère, ni trop sucrée. T3 Tout à fait recommandée. Ne vous gèle pas d’un coup et sa densité conviendra bien.
Hoegaarden Une bière blanche, pour soif irrépressible. Une valeur sûre après plusieurs autres bières. T3 Bien entendu parfaite. On peut aussi, en toute fin de nuit.

Duvel

duvel

Blonde mousseuse, avec juste ce qu’il faut d’amertume pour en faire une bière idéale. T5 Recommandée par grande soif, mais attention à l’excès. Convient tout à fait.

Chimay bleue

chimay_b

Une grande Trappiste. Bière excellente. T5 On peut, bien fraîche. Parfaite, et du coup à température ambiante.
Chimay rouge

chimay-rouge

Plus légère que sa grande soeur et du coup présente un peu moins d’intérêt. T3 Pourquoi pas. Convient très bien en fin de soirée par exemple.
Chimey triple La blonde de la famille, racée et amer juste comme il faut. T3 Idéale, mais avant les autres verres. On peut aussi sans être frigorifié.

Kwak

kwak

Excellente blonde racée et pas trop amère. T4 Recommandé ! Parfaite également.

La Trappe
Double

Remarquable finesse et volupté. Une trappiste originale et fraîche. T5 Idéale ! Convient tout aussi bien. Une des rares bières vraiment toutes saisons.
La Trappe
Triple

la_trappe

Un goût épicé prononcé accompagné d’une note fraîche rafinée. Un régal. T5 Parfaite. Egalement parfaite.
Angelus

angelus

Un peu suave, légèrement mieleux mais pas trop, une bière blonde de caractère. T4 Parfaite. Egalement parfaite.
Petrus Triple

angelus

Une mousse généreuse et fine, de couleur claire, avec une amertume franche.
Agréable, sans plus.

T3

Recommandé ! Tout à fait indiqué
Villers oud Vieille

villers_vieille

Bière à forte connotation de miel.
Goût proche d’une fabrication artisanale. Mousse fine et abondante.

T3

Trop suave sans doute Oui, avec du pain d’épice ou du chocolat (au lait) !
Corsendonk

corsendonk

Bière intéressante, rafraîchissante tout en conservant une amertume. T4 Convient bien. Ne vous glacera pas trop.
L’Angelus de Noël

angelus-noel

Une bière légère (7.5%) qui délivre peu de mousse, mais au caractère franc et l’amertume délicate. T4 Bien que de Noël, en été cette Angelus sera rafraîchissante. Comme son nom l’indique, elle s’impose comme une bière d’accompagnement.
Tongerlo Christmas

tongerlo_christmas

Bière légère à la mousse généreuse mais sans caractère malgré une amertume prononcée. T2 Pourquoi pas lors de fortes chaleurs. Légère et passe partout, peut se boire sous la neige grâce à ses épices légères.
1664 Millésime

tongerlo_christmas

Bière assez légère cuivrée aux notes de caramel et d’Hespérides. T3 Pas trop lourde au goût et désaltérante. Peut se boire sous la neige grâce à ses épices discrètes.

Qu’est-ce qu’une bière trappiste ? (Source)
Une trappiste ou bière trappiste est une bière brassée par ou sous contrôle des moines trappistes.
Ces bières trappistes sont généralement de fermentation haute et doivent être brassées dans le respect des critères définis par l’Association Trappiste Internationale. Ainis elles auront le privilègre d’arborer le logo Authentic trappist product délivré par cette association privée. authentic
Les critères pour obtenir l’appellation Authentic trappist product sont les suivants :
– le produit doit être fabriqué au sein d’une abbaye trappiste ;
– le produit doit être fabriqué par des moines, ou sous leur contrôle ;
– l’essentiel des bénéfices doit être consacré à des œuvres à caractère social.
Certaines bières d’inspiration trappiste, mais qui ne répondent pas à ces critères, ont été commercialisées avec cette mention jusqu’en 1962, date d’un jugement du tribunal de Gand qui condamna la brasserie de Veltem pour l’utilisation abusive de la marque Veltem Trappist. Aujourd’hui, les bières de type trappiste sont plutôt qualifiées de bière d’abbaye.

Il n’existe actuellement que sept bières trappistes dans le monde, qui arborent toutes le logo hexagonal Authentic trappist product présent sur l’étiquette. Six sont belges (trois sont brassées en Région flamande et trois en Région wallonne) et une est néerlandaise. Ce sont les bières Orval, Chimay, La Trappe (la seule qui ne soit pas Belge), Rochefort, Achel, Westmalle et Westvleteren. Cette dernière est plus difficile à trouver, puisqu’il faut se déplacer en personne en demander aux moines de l’abbaye de Saint-Sixte, à Vleteren en Flandre-Occidentale. Et encore, vous ne pourrez emporter avec vous qu’une caisse ou deux. Il faut de plus prendre rendez-vous car parfois ils n’ont rien à vous vendre.
Une bière trappiste se déguste en principe à température ambiante.

Laisser une réponse:

Votre adresse mail ne sera pas publiée.

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.

Pied du site

Barre latérale coulissante