Clicky

Naviguer / Recherche

Parlons Twitter

C‘est décidé, Twitter prend désormais une place annexe dans mon environnement web. Pourquoi ? Parce que globalement ça ne sert à rien !

L’info immédiatement ? En s’en moque, rien d’urgent pour moi ou ma famille à quelques mois près. Et la plupart du temps cet info ne signifie rien en elle-même. Une guerre arrive ? Je serai informé bien assez tôt. DSK ? Heu … Donc ce serait d’être informé justement, précisément ? Hélas, le peu que j’ai pu vérifier est assez fantaisiste, disons plutôt sans précision aucune, sans mise en perspective.
Comment cela se pourrait-il en 140 caractères ?
Discuter ? Je le fais tous les jours partout où je vais physiquement, face à des gens que je peux appréhender et apprécier dans leur complexité, et sur le Net j’ai bien autre chose à faire (comme écrire ceci par exemple, mais à mon rythme, pas à celui de mon Tweetdesk).
Partager alors ? Non, je ne suis ni marchand, ni « markéteux« , ni blogueur influent, ni DSK, ni Carla, ni tennisman, et je ne produis pas d’émissions télé.
Perdre son temps donc ? Ah là oui, c’est parfait Twitter ! Et c’est un beau paradoxe. Twitter est censé faire vite en peu de mots. Au lieu de cela, la mode, le snobisme peut-être tend vers peu de mots pendant longtemps. Mais afin de développer quelque idée que ce soit, vous pouvez pendant toute une vie le faire, en si peu de mots, que personne n’entendra jamais.

Lire la suite

Les va-t-en-guerre du web

La résolution de l’ONU qui autorise de recours par tous les moyens disponibles afin de faire respecter le droit au peuple de Libye de choisir leur démocratie, a fait l’objet d’un formidable lâcher d’émotions dans les journaux et sur le web. Si la presse quotidienne balaye d’un revers de une, la catastrophe nucléaire au Japon au profit d’une bonne vieille guerre, les quelques acteurs du web que j’ai pu suivre sur Twitter en direct lors du vote de la résolution à l’ONU, semblaient sortir d’un film de Raoul Walsh, patriotisme en tête armé de tout leur courage militaire qu’ils exercent au quotidien derrière leur écran.
Quasiment tous les commentaires que j’ai pu lire (un bon paquet tout de même) reflétaient soit une erreur d’interprétation, soit un état d’esprit guerrier à faire frémir Rambo. Car ces personnes semblent méconnaître le côté tragique de la guerre. Une guerre ça tue, et pas forcément que les méchants. Quant aux conséquences à long terme, elles sont inexploitables, car cela reste dans le domaine de la grande inconnue. Comme si d’une guerre et de ses quelques avions péniblement armés, pouvait se décider du sort de tout un peuple, dont tout le monde se fichait lorsque son représentant était accueilli avec panache sur le sol français.

Lire la suite

Pearltrees : partager et classer des sujets du web

Pearltrees est un concept relativement nouveau qui me semble très prometteur. C’est un moyen pratique de mettre de côté des pages internet ou des articles qui vous semblent intéressants, de les classer très rapidement simplement en bougeant votre souris, de les positionner dans un thème général que vous pouvez partager en un clic avec qui vous voulez. En offrant ces services, Pearltrees (arbre à perles), devient une plateforme formidable pour recueillir tout ce qui vous intéresse, en fonction des activités de tous les autres internautes qui utilisent Pearltrees.

Actuellement je l’utilise pour rassembler mes grands thèmes que je trouve dans mes favoris internet, que je traîne depuis plus de 10 ans, de les offrir au partage en espérant bien qu’un autre internaute me propose des choses complémentaires voire novatrices. L’expérience online se trouve ainsi considérablement enrichie. L’évènement tragique d’actualité au Japon me permet par exemple de recueillir quelques infos et articles, en dehors des circuits habituels, et donc peut-être plus intéressants, et de les classer facilement tout en les offrant à la communauté Pearltrees. Depuis quelques jours, et grâce également à Twitter, j’ai pu obtenir des points de vues et analyses décalées, fondamentalement intéressantes car non conventionnelles, qui incitent donc à la réflexion.

Lire la suite

Twitter est-il chronophage ?

Si le fait de twitter, c’est à dire transmettre à la communauté un lien ou une impression, est rapide (140 caractères pensez-donc), voire très rapide lorsque l’on a les bons outils, en revanche profiter de la communauté est tout autre chose.
Imaginez-vous que twitter pour twitter n’apporte rien si ce n’est un bénéfice de plus pour votre égo. Mais si en face tout le monde fait comme vous, quel impact Twitter pourrait-il avoir ?

Compte-tenu du flux énorme des messages sur Twitter, si vous voulez en profiter de façon chronologique cela implique que vous y passiez tout votre temps. Afin de ne 

Twitter the King

rater aucune publication instantanée. Bien entendu cela dépend du nombre de personnes (ou choses – on est certain de rien) que vous suivez. Mais comme Twitter n’a d’intérêt que si vous avez un grand nombre de followers, il est certain qu’il va falloir que vous passiez du temps à trouver ces personnes, à lire ces personnes et encore plus à sélectionner ce qui vous intéresse.

Et comme sur Twitter, on passe plus de temps à transmettre son humeur du moment, ou à balancer le dernier truc à la monde sur iPhone 1, ou encore à se demander comment on peut gagner de l’argent avec Twitter, vous comprendrez que des choses intéressantes s’il y en a, il va falloir les débusquer.
Si vous êtes francophile comme moi et que vous préférez parler dans votre langue natale a peu près correctement, surtout que pour transmettre votre idée en 140 signes il faut déployer un minimum de talent, plutôt que dans un anglais approximatif et insipide, alors vous allez en être pour vos frais. Lire la suite

  1. Pardonnez-moi, j’ai actuellement une phobie de ceux qui ne parlent que d’iPhone, comme si tout le monde devait l’avoir, au prix où il coûte, et compte-tenu du prix de l’abonnement spécifique qu’il nécessite. Si l’on ajoute à cela le fait que l’iPhone est en bonne partie responsable des problèmes de disponibilité de bande passante sur le réseau 3G+, je ne vous raconte pas …

Facebook, Twitter et mon cyber personnage

Les réseaux sociaux sont actuellement le centre de nombreuses  discussions sur le net. Sur Facebook on parle de quizz, sur twitter on parle de twitter et de Facebook, sur Friendfeed on ne parle plus que de Facebook, et ailleurs sur la toile on analyse à tout vent l’utilité et le devenir de ces réseaux sociaux. A quoi peuvent servir ces services ? Est-ce bien ou inutile ? Que puis-je en faire ? Que choisir ? Les questions ne manquent pas car on imagine qu’il y a autant d’applications possibles qu’il y a d’internautes. Pourtant si l’on sort du giron très confidentiel et éphémère des gens d’influence sur le net, on constate rapidement que votre place dans tout ce fatras n’est pas évidente.

Réseaux Sociaux

Afin de ce faire une idée pas trop hasardeuse, rien ne remplace l’expérience. C’est ainsi que je me suis inscrit sur Facebook il y a plus d’un an, sur Twitter il y a quelques mois, puis sur Friendfeed, Tumblr et tout l’attirail qui va avec : bit.ly, twitpic, twitterfeed1 Je n’avais pas particulièrement besoin de ces outils mais j’étais intrigué par leur potentiel. J’ai tenté de participer un peu aux groupes francophones (vraiment peu car le temps m’est compté), lu avec assiduité les 200 tweets quotidiens, cliqué sur les liens (au contraire de la plupart des utilisateurs de Twitter), répondu à quelques personnes que je ne connais pas (sans retour souvent), voulu partager mes quelques billets d’ici et de mon portail. Une effervescence que je trouve disproportionnée et dont l’impact est invérifiable pour moi. Ce qui est certain c’est que je me suis senti un peu seul. J’avais l’impression de lancer des bouteilles à la mer, combien même je ne fus pas au désespoir.

Il n’existe en effet rien de logique dans l’utilisation de ces services. L’objectif initial est cependant tout à fait limpide : mettre les gens en relation, si possible les personnes avec lesquelles vous avez des affinités et partager avec elles ce que vous écrivez ou produisez sur le net. Lire la suite

  1. Vous pouvez vous reporter à un de mes petits articles à ce sujet. Le vocable Twitter y est explicité. Si vous avez peu de temps et que malgré tout vous adorez Twitter, tentez les solutions d’organisation des flux comme Tweetvisor.

Variations avec mon Twitter

twitter-logo

Twitter, c’est le truc qui monte actuellement sur le Net. C’est sans doute un peu plus qu’une mode puisque le concept s’adapte parfaitement à notre mode de vie : c’est simple, léger, concis et déclinable sous de multiples formes, ce qui en fait un outil sur mesure pour chaque internaute. Il n’a qu’un défaut, majeur pour les mono-lingues, c’est qu’il n’est traduit qu’en anglais ou en chinois. Twitter c’est un peu l’état MSN moderne et beaucoup plus puissant.

A quoi va servir mon Twitter ?

Il va me permettre de me tenir informer sur un domaine particulier, en mettant dans mes followings (ceux qui je suis) des twitoos (ceux qui utilisent Twitter) du domaine qui m’intéresse, et qui ne manqueront pas de donner quelques news.
Il pourra diffuser à mes followers (ceux qui me suivent) tous les articles que je produirai sur mon blog, mon portail ou ailleurs.
Il pourra servir à suivre à chaud une actualité brûlante.
Il pourra diffuser rapidement une photo prise avec mon téléphone 3G ou 3G+ (avec un abonnement adéquat). Lire la suite