Clicky

Naviguer / Recherche

Le AAA expliqué à mes enfants

J‘avais commencé il y a peu à expliquer à mes enfants pourquoi nous parle t-on tous les jours de crise en France. Et pourquoi ce catastrophisme leur semblait si lointain de nos réelles préoccupations.
Mes enfants, très intrigués lorsqu’ils constatèrent que finalement le système économique actuel, c’est comme le jeu Monopoly que l’on connait tous très bien, c’est à dire que tout concourt à ce que l’argent créé se retrouve dans les mêmes poches. En effet, au début nous sommes un certain nombre à jouer (dans la vraie vie à travailler), puis nous investissons, et à la fin, il n’en reste qu’un qui en a plein les poches, tandis que les autres, et bien ils ne leur restent que des radis.

Le problème est finalement assez simple. Nous travaillons avec des salaires contraints, et eux, les financiers, ceux qui nous prêtent de l’argent en nous faisant crédit, s’enrichissent. Aujourd’hui, la monnaie n’est plus créée par la sueur de l’ouvrier qui bâtit ou de l’ingénieur qui conçoit, mais par le banquier qui prête de l’argent, ou vend des risques. Les agences de notations que nous adorons tous, puisqu’on nous rabâche les oreilles avec ça, et qui semblent très importantes pour tous les citoyens, alors qu’en principe elles n’intéressent que les banquiers ou les spéculateurs, ont donc manqué à leurs devoirs. Tout le monde le comprend, sauf les politiques et les journalistes. C’est à dire au bout du compte personne, puisque ce sont eux qui dispensent l’information et ce à quoi nous devons nous intéresser. Hélas.
Lire la suite

La crise expliquée à mes enfants

Tout père de nos jours, peut s’enorgueillir de pouvoir annoncer : « Tu vois mon fils, un jour toute cette dette sera à toi ! ».
La politique c’est désormais l’art de faire avaler aux citoyens, que s’il y a une crise, c’est la faute d’on ne sait pas bien qui, sans doute de la vôtre, et afin d’endiguer la croissance de la dette du pays, il va falloir que vous travailliez plus longtemps, tout en étant moins bien payé.

Certes, il ne s’agit pas encore en France de baisser les salaires, comme c’est le cas en Grèce, en Irlande ou au Portugal. Néanmoins, bien que nous ayons tous entendu à un moment récent que nous allions travailler plus pour gagner plus, on nous démontre maintenant que certes, vous allez travailler plus longtemps, mais sans gagner quoique ce soit de plus. La crise impose des mesures d’économies, vous comprenez.

Au fait comprenez-vous vraiment ce qui nous arrive ? Pensez-vous que la crise soit la faute du citoyen qui profite des allocations, qui ne travaille pas assez ou qui tombe trop souvent malade ? Pensez-vous que depuis 1950 la productivité de chaque travailleur n’a pas très sensiblement augmentée ? Pensez-vous que la labeur de nos ancêtres, puis la nôtre, ait logiquement pour résultante une augmentation de la labeur de nos enfants ? Le travail des hommes n’ a t-il pas pour seule finalité que de favoriser le confort de tous, pour aboutir en fin de compte à une vie paisible ? Lire la suite