Clicky

Naviguer / Recherche

Parlons Twitter

C‘est décidé, Twitter prend désormais une place annexe dans mon environnement web. Pourquoi ? Parce que globalement ça ne sert à rien !

L’info immédiatement ? En s’en moque, rien d’urgent pour moi ou ma famille à quelques mois près. Et la plupart du temps cet info ne signifie rien en elle-même. Une guerre arrive ? Je serai informé bien assez tôt. DSK ? Heu … Donc ce serait d’être informé justement, précisément ? Hélas, le peu que j’ai pu vérifier est assez fantaisiste, disons plutôt sans précision aucune, sans mise en perspective.
Comment cela se pourrait-il en 140 caractères ?
Discuter ? Je le fais tous les jours partout où je vais physiquement, face à des gens que je peux appréhender et apprécier dans leur complexité, et sur le Net j’ai bien autre chose à faire (comme écrire ceci par exemple, mais à mon rythme, pas à celui de mon Tweetdesk).
Partager alors ? Non, je ne suis ni marchand, ni « markéteux« , ni blogueur influent, ni DSK, ni Carla, ni tennisman, et je ne produis pas d’émissions télé.
Perdre son temps donc ? Ah là oui, c’est parfait Twitter ! Et c’est un beau paradoxe. Twitter est censé faire vite en peu de mots. Au lieu de cela, la mode, le snobisme peut-être tend vers peu de mots pendant longtemps. Mais afin de développer quelque idée que ce soit, vous pouvez pendant toute une vie le faire, en si peu de mots, que personne n’entendra jamais.

Lire la suite

Journée mondiale contre la cyber-censure

La mode actuelle est dans certains pays connectés au réseau des réseaux, de procéder à moult vérifications, contrôles, et autres censures de la toile. L’objectif annoncé est toujours orné d’une sainte auréole, à ceci près que dans les affaires des hommes, rien ne se fait sans débordement ou abus.
Si cette journée nous concerne, nous français particulièrement, c’est que notre chère démocratie, souvent prompte à donner des leçons aux autres, figure en bonne place sur la carte mondiale 1 des pays procédant à la censure d’internet.

Lire la suite

  1. Reporters Sans Frontières est à l’origine de cette journée, retrouvez la carte sur leur site dédié

Ah c’est ça le Net ?

Vers la fin des sangsues de la toile ?

La guerre contre le téléchargement à outrance, via p2p, est une réalité. Elle sonne le glas des profiteurs irréfléchis en tout genre.

Messieurs, mesdames, vous allez enfin découvrir à quoi peut servir réellement le Net. Vous allez comprendre que la vache à lait ne donne pas comme on le voudrait. Un pc et un réseau ne se résument en effet plus à un clic de souris et j’ai plein de trucs gratuits, qui coûtent normalement chers, pour mon plaisir. Mais peu importe finalement. Grâce à ses radars de l’autoroute de l’information, les internautes inexistants, vont lever le doigt de la souris, et libérer de la ressource. Peut-être trouvera t-on alors à télécharger des créations, authentiquement libres, que leurs auteurs auront plaisir à partager.

Ainsi, cette guerre contre ceux qui adorent les buffets campagnards gratuits, ceux pour lesquels on mange sans faim, puisque c’est gratuit, va révéler peut-être toute l’étendue des possibilités qu’offre internet. Ah c’est sûr, ils n’auront pas le temps. C’est beaucoup plus rapide de laisser les autres mettre un contenu sur le Net, et de se servir d’un clic de souris. Et ce Net là n’a rien d’indispensable. Flûte alors, ils vont devoir regarder moins de film, écouter moins de musique, ou alors augmenter le budget correspondant.

Pourtant le mal est profond,car ce comportement parasitaire est à tous les niveaux. Paradoxe s’il en est, car tout internaute ne peut créer pour autrui, au risque de présenter le Net non plus comme une plateforme d’échange, mais une simple vitrine égocentrique. Heureusement qu’ils sont là nos chers parasites finalement. Mais c’est tellement agaçant parfois, surtout lorsqu’ils sont exigeants. Ces parasites blessent. Tout leur est dû sans doute ? C’est tellement pratique, en virtuel on ne perçoit plus les mêmes choses. Tiens et si je coupais l’alimentation de mes pc ?