Clicky

Naviguer / Recherche

11 raisons de ne pas adopter le vote électronique

700000 citoyens Français seront concernés lors de prochaines législatives de juin 2012 par le vote électronique. Ce sont les Français de l’étranger. Le gouvernement veut en effet déployer une procédure de vote électronique, sans doute pour optimiser le processus. Pourtant des voix s’élèvent contre cette dématérialisation. Pour ma part j’imagine que la règle principale et inaltérable du vote démocratique est la transparence.
Voici une liste de dix raisons objectives et une terrifiante qui font que le vote électronique est une mauvaise idée

Législatives 2012 : les enjeux

289 députés. C’est ce que le parti Socialiste devra obtenir aux prochaines élections législatives en France, qui se dérouleront le 10 juin 2012. Cette élection pas tout à fait comme les autres, est un enjeu majeur pour le président de la république nouvellement élu. C’est en effet à partir de cette assemblée que pourront s’élaborer les grandes lignes politiques du programme Hollande.

Arguments de réfutation à l’usage du citoyen éclairé

1ere partie

Les candidatures abondent. Le camp présidentiel se prépare. L’opposition tente de dégager des leaders. Et vous, électeur qui espère faire un choix judicieux, êtes désormais destinataire accablé d’une pléiade de phrases chocs, pré-formatées, teintées de mauvaise foi, d’un autre électeur qui vaut pourtant bien votre voix, mais qui vous semble quant à lui trébucher dans la pénombre des fausses bonnes idées qui vous hérissent le poil, et qui transforment une élection en déroute quinquennale. C’est du vécu. Il va donc falloir affuter quelque peu vos réponses, préparer une feuille stratégique d’arguments de réfutation prêtes à l’usage, afin sans doute, de vous alléger l’esprit à un an de la présidentielle.

En principe, la somme des arguments devrait être considérable, au moins autant que les thématiques politiques du moment. Vous allez voir qu’il n’en est rien, puisque dans la grande majorité des cas, vous entendrez à peu près toujours les mêmes refrains, des légendes urbaines qui persistent malgré le travail considérablement inexistant des journalistes qui pensent que cela ne doit pas être vendeur. Soyons honnêtes, ils l’ont déjà sans doute fait, mais dans le magma médiatique d’aujourd’hui, une chatte n’y retrouverait pas ses petits. Nous allons donc faire simple, et je vous propose de le faire sous forme de questions-réponses.

Lire la suite