Clicky

Naviguer / Recherche

Ces abominables abonnements

La vie moderne impose des abonnements. Partout, pour la culture, le divertissement, les fluides, les assurances. Si on n’y prend garde, le budget familial s’érode rapidement. Il ne se passe pas un mois sans qu’une famille au budget serré ne se pose la question d’un arbitrage économique sur la série des abonnements contractés.

S’il est rapide de commander ou de prendre un abonnement, en un clic, il est bien souvent beaucoup plus compliqué de résilier. C’est parfois un chemin sinueux de recherche qui aboutit la plupart du temps vers une lettre à formuler et à envoyer à un service de résiliation. Notez bien que si l’on vous appelle par votre prénom pour vous inciter à vous abonner, lorsque vous voulez à votre tour effectuer une démarche, vous n’aurez que des machines face à vous ou d’obscurs services sans nom, aux chiffres effrayants qui vous incitent au final à ne plus envoyer un simple courrier, mais un recommandé avec accusé de réception, histoire de se rassurer et d’humaniser quelque peu votre démarche. Démarche pourtant initialement anxiogène, car vous êtes en demande suite à des difficultés réelles.

C’est pourquoi désormais, ayant fait l’amère expérience d’une fin de non recevoir après plus de 10 ans d’abonnement (je vous livre le coupable par réponse mail si vous le souhaitez), je recommande à mon entourage (on mène les combats que l’on peut) de fuir tout abonnement qui vous lie d’une part par tacite reconduction car cela ne correspond pas à notre époque, et d’autre part à tout abonnement qui ne soit pas modulaire et mensuel.
Si bon nombre de services récents proposent tout de même des abonnement mensuels, sans engagement, aisément désactivables d’un clic, et sans pénalité, il reste en France des vieilles habitudes. En effet, nos prestataires historiques persistent dans la voie de l’abonnement pachydermique, totalement décorrélé des réalités actuelles en termes de simplicité et de souplesse. Nos vieilles maisons imposent des contrats annuels ou sur deux ans, avec tacite reconduction qui se traduit par un courrier qui s’apparente à n’importe quel message publicitaire, ou un mail perdu au milieu de la myriade de spams pour lesquels nous n’avons pas le temps d’accorder une seconde.
Ainsi ces contrats qui vous imposent un engagement au delà du mois sont simplement scandaleux et je n’ose imaginer le nombre de personnes âgées qui se font piéger par ces procédés crapuleux. Des personnes qui un temps profitent réellement de ces abonnements mais pour qui la vie réserve hélas des moments moins autonomes, finissent par oublier ce à quoi ils sont abonnés et continuent malgré tout à payer chaque mois, jusqu’à ce que mort s’en suive, sans en profiter. Et encore faut-il parfois que les descendants fassent les démarches nécessaires pour mettre un terme aux prélèvements.
Si ces contrats persistent, c’est simplement parce que nous sommes bien trop nombreux à les accepter en signant. Pourtant je reste persuadé que d’une manière générale, il est grand temps que la jurisprudence attaque sur le fond le système juridique de ces contrats.

Laissez un commentaire

nom*

Adresse mail* (non publiée)

Site Web

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.