Clicky

Naviguer / Recherche

Le sens de la citoyenneté

L’annonce fin décembre au moment des fêtes du président de la république de permettre dans des cas particuliers la déchéance de la nationalité divise, même dans les rangs socialistes.

Aujourd’hui qui d’entre nous pourrait proclamer avec force et fierté sa conviction de se sentir pleinement citoyen dans tous les droits que cela suppose mais aussi les devoirs que cela comporte, sans l’ombre d’un doute ou d’une hésitation ? Peu, reconnaissez-le. Pourtant nous savons que des Français qui au nom d’une idéologie mortifère tout autant qu’absurde, tuent d’autres Français, pour ce qu’ils sont, c’est à dire des Français.

Être Français est offert à tout être humain. D’où qu’il vienne, quel qu’il soit, quoiqu’il pense ou chante. N’importe quelle femme ou n’importe quel homme qui en ferait la demande, pourrait adopter la nationalité Française. C’est donc un attachement qui est universel, par culture, par tradition mais aussi par politique. Un tel attachement implique naturellement des responsabilités afin tout simplement que cela ait du sens.

Proposer de retirer cette nationalité à un Français, n’aurait pas de sens puisqu’il deviendrait alors apatride. Et cela politiquement comme humainement ça ne serait pas acceptable. En revanche proposer la déchéance de la nationalité à un terroriste qui aura été jugé comme tel par un tribunal indépendant (ce qui est la règle dans notre pays), et qui bénéficie d’une double nationalité, non seulement ne le laisserait pas sans attachement, mais donnerait du sens à la citoyenneté Française.

Ainsi la bonne lecture d’une telle proposition qui émane d’un homme profondément humaniste, il convient de ne pas l’omettre dans notre réflexion, doit se faire non pas à sa propre expérience comme on peut lire partout, ou au son des hurleurs populistes, mais bien de la simple et entière notion de la citoyenneté. Il n’appartient à personne de définir seul la citoyenneté, mais à tous les citoyens de dessiner les contours d’une fierté d’appartenance.

Être Français est offert à tous et nous pouvons en être fier. Il n’est en revanche pas concevable de connaître un seul homme sur cette planète qui ait tué les siens au nom de rien, et de savoir qu’il est Français comme vous et moi. Si faute il y a dans cette affaire, c’est celle de ne concevoir la nationalité que sous l’angle de sa propre personne. La république ne va hélas pas de soi.

Laissez un commentaire

nom*

Adresse mail* (non publiée)

Site Web

Notifiez-moi des commentaires à venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.